|
1 minute de lecture

Au combat et dans la vie, il faut être libre des méthodes et de schémas qui deviennent, par nature, restreints.

Au combat et dans la vie, il faut être libre des méthodes et de schémas qui deviennent, par nature, restreints. Au combat et dans la vie, il faut être libre des méthodes et de schémas qui deviennent, par nature, restreints.
Source: dotlinesurface via Artstation
Taille de la police
A
12 24 17
A

Un artiste martial qui s'entraîne exclusivement selon un schéma de combat fixe perd sa liberté. Il devient en fait l'esclave d'un modèle de choix et pense que ce modèle est la seule vérité. Cela conduit à une certaine stagnation parce que la manière de combattre n'est jamais basée sur des choix personnels et des affinités, mais change constamment de moment en moment, et le combattant malheureux découvrira rapidement que sa « routine de choix » n'est que trop peu flexible. Il doit y avoir un « je suis » au lieu d'un « je fais » dans l'apprentissage. Il faut être libre. Au lieu d'une forme complexe, il devrait y avoir une expression simple. 

[...]

Tous les modèles fixes sont incapables de s'adapter ou d'être flexibles. La vérité est en dehors de tous les schémas fixes.

[...]

L'art est l'expression de soi. Plus la méthode est compliquée et restreinte, moins on a la possibilité d'exprimer sa propre vision de la liberté. Bien qu'elles jouent un rôle important dans la phase initiale, les techniques ne doivent pas être trop mécaniques, complexes ou restrictives. Si nous nous accrochons aveuglément à elles, nous finirons par être assujettis et restreints par leurs limites. Rappelez-vous que vous exprimez les techniques, mais que vous ne faîtes pas les techniques. Si quelqu'un vous attaque, votre réponse n'est pas : technique n°1, posture n°2, section 4, paragraphe 5. Au lieu de cela, vous vous déplacez simplement comme le son et son écho, sans aucune délibération préméditée. C'est comme si quand je t'appelle, tu me réponds, ou quand je te jette quelque chose, tu l'attrapes. C'est aussi simple que ça - pas de chichis, pas de fouillis. En d'autres termes, quand quelqu'un vous attrape, frappez-le. Pour moi, beaucoup de ces gestes fantaisistes ne sont pas fonctionnels.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Exemple (0)

Chargement

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Sports & Arts Martiaux
Vaincre quelqu’un, c’est se dire « je suis meilleur » que je ne l’étais hier Vaincre quelqu’un, c’est se dire « je suis meilleur » que je ne l’étais hier
artbygartista via Instagram

Obtenir la victoire sur un autre homme, le vaincre, le contraindre à se soumettre, il ne s’agit pas de pouvoir dire : « Je suis meilleur que toi. » C'est dire : « Je suis meilleur que je ne l’étais hier. » C’est pourquoi presque toutes les compétitions se terminent par un franche embrassade fraternelle, un merci. Parce que chacun a donné à l'autre quelque chose, l'opportunité d'apprendre, de progresser et de devenir meilleur.

_____

Source : The Last Place Men Can Settle Things Like Men

| Approuvé
Catégories:
Sports & Arts Martiaux
Sois comme l'eau
Sois comme l'eau
GIF
justdrethings via Tumblr

Soyez comme l'eau qui traverse les fissures. Ne soyez pas assertif, mais ajustez-vous à l'objet, et vous trouverez un moyen de le contourner ou de le traverser. Si rien en vous ne reste rigide, les choses extérieures se dévoileront. Videz votre esprit, soyez sans forme. Sans forme, comme l'eau. Si vous mettez de l'eau dans une tasse, elle devient la tasse. Vous mettez de l'eau dans une bouteille qui devient la bouteille. Vous le mettez dans une théière, il devient la théière. Maintenant, l'eau peut s’écouler ou dévaster. Sois comme l'eau, mon ami.

| Approuvé
Catégorie:
Sports & Arts Martiaux
[Mushin, の 心, ou l'esprit sans l'esprit] - dans les arts martiaux ou les sports de combat, vous ne devriez pas penser [Mushin, の 心, ou l'esprit sans l'esprit] - dans les arts martiaux ou les sports de combat, vous ne devriez pas penser
Artiste inconnu via Tumblr

Lorsque l’épéiste se tient contre son adversaire, il ne doit pas penser à l’adversaire, ni à lui-même, ni aux mouvements d’épée de son ennemi. Il se tient juste là avec son épée qui, oubliant toute technique, n'est prête à suivre que les préceptes du subconscient. L'homme s'est effacé en tant que porteur de l'épée. Quand il frappe, ce n'est pas l'homme, mais l'épée dans la main du subconscient de l'homme qui frappe.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×