|
1 minute de lecture

Aujourd'hui, il n'y a rien de grave pour le jour à venir

Aujourd'hui, il n'y a rien de grave pour le jour à venir Aujourd'hui, il n'y a rien de grave pour le jour à venir
Source: Aanna Parini via Pinterest
Lettres morales à Lucilius
Du livre
Lettres morales à Lucilius
Taille de la police
A
12 24 17
A

Vous pourriez me demander : « Comment puis-je savoir si mes souffrances sont réelles ou imaginaires ? » Voici la règle pour de telles questions : Nous sommes tourmentés soit par les choses présentes, soit par les choses à venir, soit par les deux. En ce qui concerne les choses présentes, la décision est facile à prendre. Imaginez que votre personne jouisse de la liberté et de la santé, et que vous ne souffriez d'aucune blessure extérieure. Quant à ce qui pourrait lui arriver à l'avenir, on verra plus tard. Aujourd'hui, il n'y a rien de mal avec demain.

(…)

Examinons donc attentivement la question. Il est probable que des problèmes nous attendent, mais ce n'est pas un fait actuel. Combien de fois l'inattendu s'est-il produit ! Combien de fois l'attente ne s'est pas réalisée ! Et même si elle est programmée, à quoi sert-elle de courir pour répondre à votre souffrance ? Vous souffrirez bien assez tôt, quand elle arrivera ; alors, en attendant, attendez-vous à ce que les choses s'améliorent.  Que gagnerez-vous à faire cela ? Du temps. Il y aura beaucoup d'événements entre-temps qui serviront à retarder, ou à mettre fin, ou à transmettre à une autre personne, les épreuves qui approchent ou même qui sont déjà présentes.

- Lettre XIII. Sur des craintes sans fondement -

@EstelleLP  oui c'est vrai, le plus dur pour beaucoup d'entre nous est de justement cesser de se questionner sur ces situations qui n’existe pas encore. Nous sommes anxieux, appréhendons, avons peur de ce que demain pourrait bien nous réserver. Et pourtant, souvent, ce même futur redouté s'avère être en fait bien plus agréable, bien plus plaisant que nous ne l'avions pensé. Tant de doutes, de pensées négatives, pour ... rien. Peut-être ? 

De lionissss | 29/03/2020

Déjà à cette époque, ils traitent du moment présent. L'humain est tellement peu ancré dans le présent qu'il ne cesse de se questionner sur son avenir et en oublie de vivre le moment présent. Mais lorsque la dites chose sera là, il sera déjà entrain de penser à un autre futur. Pourquoi se questionner sans cesse sur une situation qui n'existe pas encore. Il faut apprendre à diriger son flow de pensées sur les situations qui se passent à l'instant afin de jouir de toute la beauté de la vie. 

De EstelleLP | 28/03/2020

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Philosophie
| Approuvé
Catégories:
Philosophie
Vivez à travers la simplicité, la patience, la compassion Vivez à travers la simplicité, la patience, la compassion
Artiste inconnu via Pinterest

Simplicité, patience, compassion.
Ces trois éléments sont vos plus grands trésors.
Simples dans vos actions et vos pensées, vous retournez à la source de l'être.
Patience avec vos amis et vos ennemis,
vous êtes en accord avec la façon dont les choses sont.
Compassion envers vous-même,
vous réconciliez tous les êtres du monde.

| Approuvé
Catégorie:
Philosophie

Cultivez donc votre intelligence, chers élèves, mais prenez bien garde aussi qu'elle ne se subordonne tout le reste, et qu'ainsi l'accessoire ne devienne le principal. Que votre cœur ne soit pas la dupe de votre esprit. Pascal a dit : « Le cœur a ses raisons que la Raison ne connaît pas » ; ce mot profond n'est pourtant pas d'une exactitude absolue. Car si le cœur a ses raisons, la Raison les connaît et s'y reconnaît.

Toute l'œuvre de la Raison consiste à subordonner l'Intelligence au Cœur.

 

| Approuvé
Catégorie:
Philosophie
2 minutes de lecture

Tout idéal, tout monde préféré, est une façon de se demander dans quel genre de monde nous vivons et qui ...

| Approuvé
Catégories:
L'individu

La recherche de quelque chose de permanent est l'un des instincts les plus profonds qui conduit les hommes à la philosophie.  Elle découle, sans doute, de l'amour du foyer et du désir d'un refuge contre le danger (...) Les philosophes ont cherché avec une grande persistance, quelque chose qui ne soit pas soumis à l'empire du temps.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×