|
2 minutes de lecture

Ce qui arrive à un homme dans sa vie est de moindre importance que la manière dont il le sent

Ce qui arrive à un homme dans sa vie est de moindre importance que la manière dont il le sent Ce qui arrive à un homme dans sa vie est de moindre importance que la manière dont il le sent
Source : tropicaltoxic via blogspot
Aphorismes sur la sagesse dans la vie
Du livre
Aphorismes sur la sagesse dans la vie
Taille de la police
A
12 24 17
A
#Etat d'esprit
#positivisme

Nous avons déjà reconnu d’une manière générale que ce que l’on est contribue plus au bonheur que ce que l’on a ou ce que l’on représente. Le principal est toujours ce qu’un homme est, par conséquent ce qu’il possède en lui-même ; car son individualité l’accompagne en tout temps et en tout lieu et teinte de sa nuance tous les événements de sa vie. En toute chose et à toute occasion, ce qui l’affecte tout d’abord, c’est lui-même. Ceci est vrai déjà pour les jouissances matérielles, et, à plus forte raison, pour celles de l’âme. Aussi l’expression anglaise : To enjoy one’s self, est-elle très bien trouvée ; on ne dit pas en anglais : « Paris lui plaît, » on dit : « Il se plaît à Paris (He enjoys himself at Paris). »

Mais, si l’individualité est de mauvaise qualité, toutes les jouissances seront comme un vin exquis dans une bouche imprégnée de fiel. Ainsi donc, dans la bonne comme dans la mauvaise fortune, et sauf l’éventualité de quelque grand malheur, ce qui arrive à un homme dans sa vie est de moindre importance que la manière dont il le sent, c’est-à-dire la nature et le degré de sa sensibilité sous tous les rapports. Ce que nous avons en nous-mêmes et par nous-mêmes, en un mot la personnalité et sa valeur, voilà le seul facteur immédiat de notre bonheur et de notre bien-être. Tous les autres agissent indirectement ; aussi leur action peut-elle être annulée, mais celle de la personnalité jamais. De là vient que l’envie la plus irréconciliable et en même temps la plus soigneusement dissimulée est celle qui a pour objet les avantages personnels. En outre, la qualité de la conscience est la seule chose permanente et persistante ; l’individualité agit constamment, continuellement, et, plus ou moins, à tout instant ; toutes les autres conditions n’influent que temporairement, occasionnellement, passagèrement, et peuvent aussi changer ou disparaître. Aristote dit : η γαρ φυσις βεβαια, ου τα χρηματα (La nature est éternelle, non les choses). C’est pourquoi nous supportons avec plus de résignation un malheur dont la cause est tout extérieure que celui dont nous sommes nous-mêmes coupables ; car le destin peut changer, mais notre propre qualité est immuable.

(...)

Mais ce qui, par-dessus tout, contribue le plus directement à notre bonheur, c’est une humeur enjouée, car cette bonne qualité trouve tout de suite sa récompense en elle-même. En effet, celui qui est gai a toujours motif de l’être par cela même qu’il l’est. Rien ne peut remplacer aussi complètement tous les autres biens que cette qualité, pendant qu’elle-même ne peut être remplacée par rien. Qu’un homme soit jeune, beau, riche et considéré ; pour pouvoir juger de son bonheur, la question sera de savoir si, en outre, il est gai ; en revanche, est-il gai, alors peu importe qu’il soit jeune ou vieux, bien fait ou bossu, pauvre ou riche ; il est heureux. Dans ma première jeunesse, j’ai lu un jour dans un vieux livre la phrase suivante : Qui rit beaucoup est heureux et qui pleure beaucoup est malheureux ; la remarque est bien niaise ; mais, à cause de sa vérité si simple, je n’ai pu l’oublier, quoiqu’elle soit le superlatif d’un truism (en anglais, vérité triviale). Aussi devons-nous, toutes les fois qu’elle se présente, ouvrir à la gaieté portes et fenêtres, car elle n’arrive jamais à contre-temps, au lieu d’hésiter, comme nous le faisons souvent, à l’admettre, voulant nous rendre compte d’abord si nous avons bien, à tous égards, sujet d’être contents, ou encore de peur qu’elle ne nous dérange de méditations sérieuses ou de graves préoccupations ; et cependant il est bien incertain que celles-ci puissent améliorer notre condition, tandis que la gaieté est un bénéfice immédiat.

Exemple

+ 15 points
Connaissez-vous un exemple, un fait, une preuve, une expérience personnelle qui étayerait cette théorie ?


Vous devez renseigner ce champ

Interprétation

+ 15 points
Pensez-vous que cette entrée peut avoir une autre lecture, ou que vous pouvez apporter une clarification au texte de l'auteur ?


Vous devez renseigner ce champ

Commentaire

+ 5 points
Voudriez-vous partager une opinion sur cet
article?


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Philosophie
| Approuvé
Catégories:
Philosophie
Vivez à travers la simplicité, la patience, la compassion Vivez à travers la simplicité, la patience, la compassion
Artiste inconnu via Pinterest

Simplicité, patience, compassion.
Ces trois éléments sont vos plus grands trésors.
Simples dans vos actions et vos pensées, vous retournez à la source de l'être.
Patience avec vos amis et vos ennemis,
vous êtes en accord avec la façon dont les choses sont.
Compassion envers vous-même,
vous réconciliez tous les êtres du monde.

| Approuvé
Catégorie:
Philosophie

Cultivez donc votre intelligence, chers élèves, mais prenez bien garde aussi qu'elle ne se subordonne tout le reste, et qu'ainsi l'accessoire ne devienne le principal. Que votre cœur ne soit pas la dupe de votre esprit. Pascal a dit : « Le cœur a ses raisons que la Raison ne connaît pas » ; ce mot profond n'est pourtant pas d'une exactitude absolue. Car si le cœur a ses raisons, la Raison les connaît et s'y reconnaît.

Toute l'œuvre de la Raison consiste à subordonner l'Intelligence au Cœur.

 

| Approuvé
Catégorie:
Philosophie
2 minutes de lecture

Tout idéal, tout monde préféré, est une façon de se demander dans quel genre de monde nous vivons et qui ...

| Approuvé
Catégorie:
Philosophie
Nous ne pouvons pas comprendre la vie en termes rationnels Nous ne pouvons pas comprendre la vie en termes rationnels
Artiste inconnu via Pinterest

Ce qui est demandé à l'homme n'est pas, comme l'enseignent certains philosophes existentiels, d'endurer l'inutilité de la vie, mais plutôt de supporter son incapacité à saisir le sens inconditionnel de la vie en termes rationnels.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×