|
1 minute de lecture

Être intolérant envers les opinions des autres est mal

Être intolérant envers les opinions des autres est mal Être intolérant envers les opinions des autres est mal
12 règles pour la vie
Du livre
12 règles pour la vie
Taille de la police
A
12 24 17
A

L’intolérance des opinions des autres (aussi ignorants ou incohérents soient-elles) n’est pas simplement male ; dans un monde où il n'y a pas de vrai ou de faux, c'est pire : c'est un signe que vous êtes peu sophistiqué ou, peut-être même dangereux.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Relations humaines

Nous n'aimons pas tant les gens pour le bien qu'ils nous ont fait, que pour le bien que nous leur faisons.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction.

| Approuvé
Catégories:
Management & RH
Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés
Maya Angelou de Henry Lee Battle

[Oprah Winfrey disait dans l'une des interviews :]

« Il y a une merveilleuse phrase de Maya Angelou, tirée d'un poème qu'elle a écrit s’intitulant « À nos grands-mères », elle y dit :

« J’avance seule, mais me tiens devant vous comme dix mille. ».

Donc quand j’entre dans une pièce, et en particulier avant que je ne commence quelque chose de vraiment difficile, une situation où je sens que je vais être face à certaines difficultés ; je m'assoie et pense à la force des dix mille. »

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Selon les chercheurs de l'Université de Duke, nous ne sommes pas seulement attirés par les gens qui sourient, mais nous avons aussi tendance à nous souvenir de leur nom. Dans une étude IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) de 2008, les professeurs Takashi Tsuldura et Roberto Cabeza ont montré à leurs sujets des photos de personnes souriantes et non souriantes, suivies de leur nom, par exemple « Julia », « Mélanie », « Laura », etc. Les résultats ont montré que les cortex orbitofrontaux des sujets - la région du cerveau associée au traitement des récompenses - étaient plus actifs lorsque les sujets apprenaient et se rappelaient les noms des personnes souriantes. « Nous sommes sensibles aux signaux sociaux positifs », explique M. Cabeza. « Nous voulons nous souvenir des personnes qui ont été gentilles avec nous, au cas où nous interagirions avec elles à l'avenir ».

| Approuvé
Catégories:
L'individu
2 minutes de lecture

J'OBSERVE avec plaisir et approuve la façon dont vous poursuivez vos études et sacrifiez tout à vos efforts pour devenir ...

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×