|
1 minute de lecture

Être prêt à mourir, c'est être libéré

Être prêt à mourir, c'est être libéré Être prêt à mourir, c'est être libéré
Source: Randy Ortiz via visualflood
Étudier la philosophie, c'est apprendre à mourir
Du livre
Étudier la philosophie, c'est apprendre à mourir
Taille de la police
A
12 24 17
A

Apprenons à la soutenir de pied ferme, et à la combattre. Et pour commencer à lui ôter le plus grand avantage qu’elle a contre nous, prenons un chemin tout à fait contraire au cours commun. Désarmez-la de sa nouveauté et de son étrangeté, parlons-en et soyons familiers avec elle, et n'avons rien d'aussi fréquent dans nos pensées que la mort. A tous instants représentons-la à notre imagination et sous toutes ses formes. Au trébuchement d'un cheval, à la chute d'une tuile, à la moindre piqûre d’épingle, considérons et disons-nous : « Eh bien, et si c'était la mort elle-même ? », et là-dessus, encourageons-nous et fortifions-nous. Durant les moments de fêtes et de joie, ayons toujours ce refrain de la souvenance de notre condition, et ne nous laissons pas emporté si fort au plaisir, que parfois il nous soit repassé en mémoire, en combien de sortes notre allégresse est en bute à la mort, et de combien de dangers elle cette allégresse est menacée. Ainsi faisaient les Egyptiens, qui, au plus fort de leur festin et de leur hilarité, faisaient apporter le squelette séché d’un homme mort, afin de servir d’avertissement aux convives…Où la mort nous attend est incertain, attendons-la partout. La préméditation de la mort est la préméditation de la liberté. Qui a appris à mourir, a désappris à servir. Le savoir mourir nous affranchit de toute subjection et contrainte. Il n’y a rien de mal en la vie pour celui qui a bien compris que la privation de la vie n’est pas mal.

[…]

En vérité, en toutes choses, si la nature n'aide pas un peu, il est très difficile pour l'art et l'industrie d'accomplir quoi que ce soit avec but. Je ne suis pas dans ma propre nature mélancolique, mais plutôt méditatif ; et il n'y a rien que je n'ai fait pour m'amuser plus continuellement que la pensée même de la mort, même dans la période la plus lascive de mon âge.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Philosophie
| Approuvé
Catégories:
Philosophie
Vivez à travers la simplicité, la patience, la compassion Vivez à travers la simplicité, la patience, la compassion
Artiste inconnu via Pinterest

Simplicité, patience, compassion.
Ces trois éléments sont vos plus grands trésors.
Simples dans vos actions et vos pensées, vous retournez à la source de l'être.
Patience avec vos amis et vos ennemis,
vous êtes en accord avec la façon dont les choses sont.
Compassion envers vous-même,
vous réconciliez tous les êtres du monde.

| Approuvé
Catégorie:
Philosophie

Cultivez donc votre intelligence, chers élèves, mais prenez bien garde aussi qu'elle ne se subordonne tout le reste, et qu'ainsi l'accessoire ne devienne le principal. Que votre cœur ne soit pas la dupe de votre esprit. Pascal a dit : « Le cœur a ses raisons que la Raison ne connaît pas » ; ce mot profond n'est pourtant pas d'une exactitude absolue. Car si le cœur a ses raisons, la Raison les connaît et s'y reconnaît.

Toute l'œuvre de la Raison consiste à subordonner l'Intelligence au Cœur.

 

| Approuvé
Catégorie:
Philosophie
2 minutes de lecture

Tout idéal, tout monde préféré, est une façon de se demander dans quel genre de monde nous vivons et qui ...

| Approuvé
Catégories:
L'individu

La recherche de quelque chose de permanent est l'un des instincts les plus profonds qui conduit les hommes à la philosophie.  Elle découle, sans doute, de l'amour du foyer et du désir d'un refuge contre le danger (...) Les philosophes ont cherché avec une grande persistance, quelque chose qui ne soit pas soumis à l'empire du temps.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×