|
Précédent Suivant
1 minute de lecture

Être un carnivore, c'est voler la nature

Être un carnivore, c'est voler la nature Être un carnivore, c'est voler la nature
Source: Sebastian Kowoll via Artstation
Taille de la police
A
12 24 17
A

Je ne volerai plus la Nature

Tu es malade de compréhension et de religion.
Viens à moi, que tu puisses entendre une saine vérité.
Ne mange pas injustement le poisson que la mer a rejeté,
et ne désire pas comme nourriture la chair des animaux égorgés,
Ou le lait blanc des mères qui destinaient ce pur breuvage à leurs petits et non aux nobles dames. N’afflige pas les oiseaux confiants en prenant leurs œufs ;
car l’injustice est le pire des crimes.
Epargne le miel que les abeilles ont industrieusement recueilli de la fleur des plantes parfumées ;
Car elles ne l’ont pas conservé pour qu’il puisse appartenir à d’autres,
pas plus qu’elles ne l’ont amassé par générosité ou pour en faire don.
J’ai lavé mes mains de tout cela ;
et je souhaite avoir trouvé ma voie avant que mes cheveux soient devenus gris !


Vous devez renseigner ce champ
Choisissez la langue de l’article que vous souhaitez éditer: ENFR

Please not comments are subject to moderators approval

0 exemple

Chargement

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Animaux
Peut-être existe-t-il un langage non-parlé mais compris par des êtres vivants autres que l'homme Peut-être existe-t-il un langage non-parlé mais compris par des êtres vivants autres que l'homme
monlongo via Tumblr

Comment se fait-il que les animaux comprennent des choses que je ne comprends pas moi-même, tandis que eux il est certain les comprennent? Peut-être existe-t-il un langage qui n'est pas fait de mots et que le monde lui comprend. Il existe peut-être une âme cachée dans tout. Une âme qui quelque soit le moment, peut communiquer à une autre âme, sans même émettre le moindre son et sans aucune interruption.

Catégorie:
Animaux
Que les animaux aient la capacité de raisonner ou de parler n’a aucune incidence sur la façon dont nous devrions les traiter Que les animaux aient la capacité de raisonner ou de parler n’a aucune incidence sur la façon dont nous devrions les traiter
La cascade - Henri Julien Félix Rousseau

Le jour viendra peut-être où le reste de la création animale pourra acquérir ces droits qui n’auraient pu leur être refusés que par la main de la tyrannie. Les Français ont déjà découvert que la couleur de la peau n’était pas une raison pour abandonner un être humain au caprice d’un bourreau. Il se peut que l'on reconnaisse un jour que le nombre de jambes, la villosité de la peau ou la terminaison de l'os sacrum sont des raisons tout aussi insuffisantes pour abandonner un être sensible au même sort.

Qu’est-ce qui pourrait tracer une limite à ne pas franchie ? Est-ce la faculté de raisonner, ou peut-être celle de parler ? Mais un cheval ou un chien adulte est un animal bien plus rationnel, et qui a bien plus de conversation, qu'un nourrisson d'un jour, d'une semaine ou même d'un mois.

Mais supposons qu'il en soit autrement. La question n'est alors pas, peuvent-ils raisonner ? ni peuvent-ils parler ? mais, peuvent-ils souffrir ?

Row:Column:
×
Row:Column:
×