|
1 minute de lecture

Faire du bien aux autres est en fin de compte la raison pour laquelle nous les aimons

Faire du bien aux autres est en fin de compte la raison pour laquelle nous les aimons Faire du bien aux autres est en fin de compte la raison pour laquelle nous les aimons
59 Secondes
Du livre
59 Secondes
Taille de la police
A
12 24 17
A
#Amis
#Amitié
#Amour
#Montrer son amour

Nous n'aimons pas tant les gens pour le bien qu'ils nous ont fait, que pour le bien que nous leur faisons.

Exemple

+ 15 points
Connaissez-vous un exemple, un fait, une preuve, une expérience personnelle qui étayerait cette théorie ?


Vous devez renseigner ce champ

Interprétation

+ 15 points
Pensez-vous que cette entrée peut avoir une autre lecture, ou que vous pouvez apporter une clarification au texte de l'auteur ?


Vous devez renseigner ce champ

Commentaire

+ 5 points
Voudriez-vous partager une opinion sur cet
article?


Vous devez renseigner ce champ


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Relations humaines

Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines
Les mariages heureux les sont grâce à l’amitié Les mariages heureux les sont grâce à l’amitié
OEART 오이아트 via Artstation

Ce n'est pas un manque d'amour, mais un manque d'amitié qui rend les mariages malheureux.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines
2 minutes de lecture

La civilité et la politesse consistent essentiellement, si je ne suis pas trompé, en une sorte de façon de traiter ...

| Approuvé
Catégories:
Management & RH
1 minute de lecture

[Oprah Winfrey disait dans l'une des interviews] Il y a une merveilleuse phrase de Maya Angelou, tirée d'un poème qu'elle ...

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Selon les chercheurs de l'Université de Duke, nous ne sommes pas seulement attirés par les gens qui sourient, mais nous avons aussi tendance à nous souvenir de leur nom. Dans une étude IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) de 2008, les professeurs Takashi Tsuldura et Roberto Cabeza ont montré à leurs sujets des photos de personnes souriantes et non souriantes, suivies de leur nom, par exemple « Julia », « Mélanie », « Laura », etc. Les résultats ont montré que les cortex orbitofrontaux des sujets - la région du cerveau associée au traitement des récompenses - étaient plus actifs lorsque les sujets apprenaient et se rappelaient les noms des personnes souriantes. « Nous sommes sensibles aux signaux sociaux positifs », explique M. Cabeza. « Nous voulons nous souvenir des personnes qui ont été gentilles avec nous, au cas où nous interagirions avec elles à l'avenir ».

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×