|
1 minute de lecture

Il y a trois façons de présenter une déclaration contestable à l'humanité

Il y a trois façons de présenter une déclaration contestable à l'humanité Il y a trois façons de présenter une déclaration contestable à l'humanité
Source: rosiemcguinness via Instagram
Taille de la police
A
12 24 17
A

Il y a trois façons de présenter une déclaration, en particulier une déclaration contestable, à l'humanité. La première est de l'affirmer par une autorité avouée ; cela est fait par les divinités, les prêtres des divinités, les oracles, les poètes mineurs, les parents et les tuteurs, et les hommes qui ont « un message à leur âge ». La deuxième façon est de le prouver par la raison ; cela a été fait par les écoliers médiévaux, et par certains des premiers hommes de science oubliés. Elle est aujourd'hui totalement abandonnée. La troisième méthode est la suivante : quand vous n'avez ni le courage d'affirmer une chose ni la capacité de la prouver, vous y faites allusion de manière légère et aérienne, comme si quelqu'un d'autre l'avait déjà affirmée et prouvée.

Ainsi, la première méthode consiste à dire : « Les cochons volent dans le ciel ; j'ai eu une vision du ciel, et vous non ». La deuxième méthode consiste à dire : « Venez dans ma petite maison de l'Essex, et je vous montrerai des cochons qui volent comme des pinsons et qui construisent des nids dans les ormes ». Ces deux positions exigent un certain courage pour les maintenir et sont donc aujourd'hui généralement abandonnées.

La troisième méthode, qui est généralement adoptée, consiste à dire : « Le professeur Gubbins appartient à la vieille école de la critique scientifique et ne peut que nous sembler limité en cette époque de télégraphie sans fil et de cochon volant » ; ou « Nous devrions sans doute être aussi surpris par les actes de nos descendants que le serait un ancien Britannique devant une voiture ou un cochon volant, ou tout autre spectacle aussi courant dans nos rues ». En bref, cette troisième méthode consiste à se référer à la chose même qui est contestée comme si elle était désormais incontestable.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
L'individu

Il semble qu'il existe dans le cerveau une zone tout à fait spécifique qu'on pourrait appeler la mémoire poétique et qui enregistre ce qui nous a charmés, ce qui nous a émus, ce qui donne à notre vie sa beauté.

| Approuvé
Catégorie:
L'individu

L'attention est la forme la plus rare et la plus pure de la générosité...... C'est en somme le sujet de l'histoire du Graal. Seul un être prédestiné a la capacité de demander à un autre : quel est ton tourment ? Et il ne l'a pas en entrant dans la vie. Il lui faut passer par des années de nuit obscure.

-----

Source : lettre au poète Joë Bousquet, 1942
 

| Approuvé
Catégorie:
L'individu

N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur.

------

Source : magasine LIFE, 2 mai 1955

| Approuvé
Catégorie:
L'individu

Presque tout le monde dans le monde est préoccupé par sa propre personne. Ils se considèrent comme les êtres les plus importants. Les gens parlent rarement en mal d'eux-mêmes. Ils sont les héros de leur propre histoire, quel que soit l'enchevêtrement de mensonges et de conneries nécessaire pour rendre une version satisfaisante et gratifiante de leur histoire.

En observant leurs actions, vous pourriez retracer leur mode de pensée, leurs intentions, leur intérêt et leur vision. Arrêtez-vous un instant et analysez l'action. Cessez de vous préoccuper de ce qu'ils disent, de ce qu'ils pensent de la façon dont le monde devrait être, de la façon dont chacun peut faire de son mieux ou des raisons pour lesquelles le monde est si mal en point. Ils disent tout ce qu'il faut pour paraître exceptionnels. Écoutez leurs actions. Écoutez seulement et uniquement leurs actions.

| Approuvé
Catégorie:
L'individu
Chaque nuit, nous nous perdons dans les méandres de notre psyché Chaque nuit, nous nous perdons dans les méandres de notre psyché
Evgeniy Evchenko via Artstation

Nous avons tous les forêts dans notre tête. Des forêts inexplorées, sans fin. Chacun de nous se perd dans la forêt, chaque nuit, seul.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×