|
1 minute de lecture

La paralysie de l'analyse] Le fait de trop réfléchir à une situation peut paralyser la prise de décision

La paralysie de l'analyse] Le fait de trop réfléchir à une situation peut paralyser la prise de décision La paralysie de l'analyse] Le fait de trop réfléchir à une situation peut paralyser la prise de décision
Source: somenerv via Giphy
Taille de la police
A
12 24 17
A

La paralysie d'analyse décrit un moment où une analyse trop poussée ou une trop intense réflexion à une situation peut l'amener à devenir « paralysée », ce qui signifie qu'aucune action n'a été prise, et par conséquent, aucune solution n'est proposée. Une situation est considérée comme trop compliquée et aucune décision n'est jamais prise à cause de la peur qu'un problème encore plus compliqué puisse survenir. Une personne désire une solution parfaite, mais a peur de prendre une décision qui pourrait entraîner une erreur lors de l'avancée vers une meilleure solution.

La paralysie d'analyse, c'est quand la peur de l'erreur potentielle l'emporte sur le réalisme de la valeur réelle ou potentielle de réussite, et ce déséquilibre bloque la prise de décision dans un effort inconscient de préserver les options existantes. Un trop grand nombre d'options peut bloquer la situation et entraîner cette paralysie, rendant impossible la moindre avancée. Cela peut empirer lorsque dans des situations critiques où une décision doit être prise, une personne n'est pas en mesure de fournir une réponse assez rapide, ce qui peut entraîner une situation encore plus critique que si elle avait pris une décision

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Exemple (1)

0

J'ai passé deux mois entiers à réfléchir à la façon de préparer mes examens finaux. J'ai tout analysé, réanalysé mais rien ne semblait fonctionner. Je n'ai pas réussi à trouver un plan pour couvrir l'intégralité du  programme et encore moins pour le terminer. Au contraire, j'ai tellement analysé la situation que j'ai eu peur des examens, de mes professeurs, de mes amis.

De jiminjams447 | 10/09/2020

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Psychologie
1 minute de lecture

- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je ...

| Approuvé
Catégorie:
Psychologie
Les hommes de sens apprennent souvent de leurs ennemis Les hommes de sens apprennent souvent de leurs ennemis
Neil Blevins via Artstation

Pourtant, il est certain que les sages apprennent beaucoup de choses de leurs ennemis, car la prudence préserve toutes choses. Un ami ne peut pas vous apprendre cela, mais votre ennemi vous oblige immédiatement à l'apprendre. Par exemple, les États ont appris de leurs ennemis, et non de leurs amis, à construire de hauts murs et à posséder des navires de guerre. Et cette leçon permet de préserver les enfants, la maison et les biens.

| Approuvé
Catégorie:
Psychologie
1 minute de lecture

Mais là encore, l'autodiscipline a été d'une grande aide. J'ai dû apprendre à faire face aux gens et je n'ai ...

| Approuvé
Catégorie:
Psychologie
20 minutes de lecture

La théorie actuelle doit donc être considérée comme un programme ou un cadre suggéré pour les recherches futures et doit ...

| Approuvé
Catégorie:
Psychologie
Dire non, c'est le fondement de la pensée
Dire non, c'est le fondement de la pensée
GIF
Dani Leggard via Tumblr

Dire non.

C'est votre premier indice que quelque chose est vivant. C'est écrit non. C'est comme ça que l'on sait qu'un bébé commence à devenir une personne. Ils courent partout en disant non toute la journée, jetant leur vivacité sur tout pour voir ce à quoi ça va coller. Vous ne pouvez pas dire non si vous n'avez pas vos propres désirs, opinions et envies. Tu ne voudrais même pas.

Non, c'est le cœur de la pensée.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×