|
2 minutes de lecture

Le cerveau se souvient mieux des choses qui sont répétées, rythmées, rimées, structurées et surtout facilement visualisables

Le cerveau se souvient mieux des choses qui sont répétées, rythmées, rimées, structurées et surtout facilement visualisables Le cerveau se souvient mieux des choses qui sont répétées, rythmées, rimées, structurées et surtout facilement visualisables
Source: Astralwerks via Giphy
Moonwalk avec Einstein
Du livre
Moonwalk avec Einstein
Taille de la police
A
12 24 17
A

[le chercheur] réalisa que si vous vouliez créer des poèmes mémorables, l'Odyssée et l'Iliade étaient exactement le genre de poèmes que vous créeriez. On dit que les clichés sont le pire péché qu'un écrivain puisse commettre, mais pour un poète de tradition orale, ils étaient essentiels. La raison pour laquelle les clichés s'infiltrent si facilement dans notre discours et notre écriture - leur mémoire insidieuse - est exactement la raison pour laquelle ils ont joué un rôle si important dans la narration orale. Et l'Odyssée et l'Iliade, excusez le cliché, en sont truffés. Dans une culture qui dépend de la mémoire, il est essentiel, selon les termes de Walter Ong, que les gens « pensent à des pensées mémorables ». Le cerveau se souvient mieux des choses qui sont répétées, rythmées, rimées, structurées et surtout facilement visualisables. Les principes que les bardes [ndlr. poète épique et lyrique] ont découverts, en aiguisant leurs histoires par le biais du récit et de la répétition, sont les mêmes principes mnémoniques de base que les psychologues ont redécouverts lorsqu'ils ont commencé à mener leurs premières expériences scientifiques sur la mémoire au tournant du XXe siècle : Les mots qui riment sont beaucoup plus mémorables que les mots qui ne riment pas ; les noms concrets sont plus faciles à retenir que les noms abstraits ; les images dynamiques sont plus mémorables que les images statiques ; les allitérations [ndlr. répétition des consonnes dans une suite de mots rapprochés.]aident à la mémoire. Une mouffette sous la couette est une pensée plus accrocheuse qu'un mustélidé à motifs qui est entrain de dormir

Le plus utile de tous les trucs mnémotechniques employés par les bardes était la chanson. Comme peuvent en témoigner tous ceux qui ont déjà chanté « By Mennen ! », si vous parvenez à transformer un ensemble de mots en un jingle, il peut devenir extrêmement difficile de les faire sortir de votre tête. Trouver des modèles et des structures dans l'information est la façon dont notre cerveau extrait le sens du monde, et mettre des mots en musique et en rimes est une façon d'ajouter des niveaux supplémentaires de modèle et de structure au langage. C'est la raison pour laquelle les bardes homériques ont chanté leurs poèmes oraux épiques, la raison pour laquelle la Torah est marquée par de petites notations musicales, et la raison pour laquelle nous enseignons aux enfants l'alphabet dans une chanson et non comme vingt-six lettres individuelles. La chanson est le moyen ultime de structurer le langage.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
L'individu

Il semble qu'il existe dans le cerveau une zone tout à fait spécifique qu'on pourrait appeler la mémoire poétique et qui enregistre ce qui nous a charmés, ce qui nous a émus, ce qui donne à notre vie sa beauté.

| Approuvé
Catégorie:
L'individu

L'attention est la forme la plus rare et la plus pure de la générosité...... C'est en somme le sujet de l'histoire du Graal. Seul un être prédestiné a la capacité de demander à un autre : quel est ton tourment ? Et il ne l'a pas en entrant dans la vie. Il lui faut passer par des années de nuit obscure.

-----

Source : lettre au poète Joë Bousquet, 1942
 

| Approuvé
Catégorie:
L'individu

N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur.

------

Source : magasine LIFE, 2 mai 1955

| Approuvé
Catégorie:
L'individu

Presque tout le monde dans le monde est préoccupé par sa propre personne. Ils se considèrent comme les êtres les plus importants. Les gens parlent rarement en mal d'eux-mêmes. Ils sont les héros de leur propre histoire, quel que soit l'enchevêtrement de mensonges et de conneries nécessaire pour rendre une version satisfaisante et gratifiante de leur histoire.

En observant leurs actions, vous pourriez retracer leur mode de pensée, leurs intentions, leur intérêt et leur vision. Arrêtez-vous un instant et analysez l'action. Cessez de vous préoccuper de ce qu'ils disent, de ce qu'ils pensent de la façon dont le monde devrait être, de la façon dont chacun peut faire de son mieux ou des raisons pour lesquelles le monde est si mal en point. Ils disent tout ce qu'il faut pour paraître exceptionnels. Écoutez leurs actions. Écoutez seulement et uniquement leurs actions.

| Approuvé
Catégorie:
L'individu
Chaque nuit, nous nous perdons dans les méandres de notre psyché Chaque nuit, nous nous perdons dans les méandres de notre psyché
Evgeniy Evchenko via Artstation

Nous avons tous les forêts dans notre tête. Des forêts inexplorées, sans fin. Chacun de nous se perd dans la forêt, chaque nuit, seul.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×