|
1 minute de lecture

Le langage muet est responsable des barrières qui séparent les individus de différentes nationalités et responsable de ce qu'on appelle un « choc culturel »

Le langage muet est responsable des barrières qui séparent les individus de différentes nationalités et responsable de ce qu'on appelle un « choc culturel » Le langage muet est responsable des barrières qui séparent les individus de différentes nationalités et responsable de ce qu'on appelle un « choc culturel »
Taille de la police
A
12 24 17
A

Le docteur en philosophie Edward T. Hall a consacré sa vie à la recherche en perception culturelle de l’espace, aux techniques de communication interculturelle (qu'il  transposera par la suite au monde de l’entreprise) ainsi qu’à la proxémie, cette branche de cette distance physique qui s’installe entre des personnes le temps d’une interaction.

En 1959 il introduit le concept de langage silencieux dans son ouvrage The silent language. Il nous y apprend que la culture est une communication non-verbale et c'est elle qui construit un lien muet entre les individus, mais aussi que ce langage silencieux est le fait d'obstacles entre les individus de nationalités différentes.

Hall montre alors l’intérêt de la communication interculturelle via son concept de « grande triade ». Il s’agit, selon lui du squelette de toutes les cultures comprenant ce qu’il nomme :

  • Le formel est ce qui est vécu au quotidien par l’individu, connu et parafitement maîtrisé,
  • L’informel est lié à une pratique ponctuelle, propre à des situations rares, parfois inconnues et non contrôlées
  • Le technique est l’approche scientifique d'un thème, acquis par une communication explicite

Ce que Hall a fait pour nous en 1959, c’est étudier les racines de ce nous appelons aujourd’hui le « choc culturel » : ce sentiment qui nous envahi lorsque sommes confrontés à une culture différente. Ce sentiment où il nous semble que les gens autours se conduisent de manière tout à fait irrationnelle et souvent frustrante ; et qui pour finir nous apparait comme vraiment désagréable.  Et ce, parfois sans le moindre mot échangé.

Source et inspiration :

Edward T. Hall, The Silent Language, Doubleday & company, New York, 1959

Christine Geoffroey, Management interculturel, Recherche & Formation,  2000

 

 

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Management & RH
Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés
Maya Angelou de Henry Lee Battle

[Oprah Winfrey disait dans l'une des interviews :]

« Il y a une merveilleuse phrase de Maya Angelou, tirée d'un poème qu'elle a écrit s’intitulant « À nos grands-mères », elle y dit :

« J’avance seule, mais me tiens devant vous comme dix mille. ».

Donc quand j’entre dans une pièce, et en particulier avant que je ne commence quelque chose de vraiment difficile, une situation où je sens que je vais être face à certaines difficultés ; je m'assoie et pense à la force des dix mille. »

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Nous n'aimons pas tant les gens pour le bien qu'ils nous ont fait, que pour le bien que nous leur faisons.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction.

| Approuvé
Catégories:
Business
Le dernier effort pour toute tâche est ce qui demande le plus de travail Le dernier effort pour toute tâche est ce qui demande le plus de travail
tomaszmro

Les derniers 10% représentent 90% du travail.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Selon les chercheurs de l'Université de Duke, nous ne sommes pas seulement attirés par les gens qui sourient, mais nous avons aussi tendance à nous souvenir de leur nom. Dans une étude IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) de 2008, les professeurs Takashi Tsuldura et Roberto Cabeza ont montré à leurs sujets des photos de personnes souriantes et non souriantes, suivies de leur nom, par exemple « Julia », « Mélanie », « Laura », etc. Les résultats ont montré que les cortex orbitofrontaux des sujets - la région du cerveau associée au traitement des récompenses - étaient plus actifs lorsque les sujets apprenaient et se rappelaient les noms des personnes souriantes. « Nous sommes sensibles aux signaux sociaux positifs », explique M. Cabeza. « Nous voulons nous souvenir des personnes qui ont été gentilles avec nous, au cas où nous interagirions avec elles à l'avenir ».

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×