|
1 minute de lecture

Le plus rapide ne dépassera jamais le plus lent : le paradoxe de Zeno d’Achille et de la tortue

Le plus rapide ne dépassera jamais le plus lent : le paradoxe de Zeno d’Achille et de la tortue Le plus rapide ne dépassera jamais le plus lent : le paradoxe de Zeno d’Achille et de la tortue
Source: Martin Grandjean via Wikipedia
Taille de la police
A
12 24 17
A

Dans le paradoxe d'Achille et de la tortue, imaginez Achille pourchassant une tortue. Achilles permet à la tortue une longueur d'avance de 100 mètres, par exemple. En supposant que chaque coureur commence à courir à une vitesse constante (Achille très rapide, 1 m/s, et la tortue, très lente, 0,1 m/s). Avant qu'Achille ne puisse attraper la tortue, il devra courir 100 mètres, amenant Achilles où la tortue a commencé. Mais pendant ce temps, la tortue a elle-même parcourue une distance, certes beaucoup plus courte, mais elle a quand même avancé de 10 mètres. Achille doit donc maintenant atteindre ce nouveau point. Achille mettra ensuite un temps supplémentaire à parcourir cette distance, temps pendant lequel la tortue à son tour et à nouveau, aura avancé un peu plus loin.

Et ainsi de suite jusqu’à l’infini : chaque fois qu'Achilles atteint l'endroit où se trouvait la tortue, celle-ci a eu le temps d'aller un peu plus loin et Achilles doit reprendre sa course. Achille a donc un nombre infini de courses à réaliser avant qu'il ne puisse attraper la tortue ; ainsi, conclut Zeno, Achilles ne parviendra jamais à rattraper la tortue.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Philosophie
| Approuvé
Catégorie:
Philosophie

Cultivez donc votre intelligence, chers élèves, mais prenez bien garde aussi qu'elle ne se subordonne tout le reste, et qu'ainsi l'accessoire ne devienne le principal. Que votre cœur ne soit pas la dupe de votre esprit. Pascal a dit : « Le cœur a ses raisons que la Raison ne connaît pas » ; ce mot profond n'est pourtant pas d'une exactitude absolue. Car si le cœur a ses raisons, la Raison les connaît et s'y reconnaît.
Toute l'œuvre de la Raison consiste à subordonner l'Intelligence au Cœur.

Raisonner, c'est subordonner l'intelligence au coeur

 

| Approuvé
Catégories:
L'individu

« Autant demander s'il est naturel de fermer son pantalon avec une fermeture éclair », répondit sarcastiquement le contrôleur.

« Vous me rappelez un autre de ces vieux gars qui s'appelle Bradley. Il disait que la philosophie était la recherche de la fausse raison à ce que l'on croit par instinct. Comme si l'on croyait quelque chose par instinct ! On croit les choses parce qu'on a été conditionné à les croire. Trouver de mauvaises raisons à ce que l'on croit pour d'autres mauvaises raisons, c'est ça la philosophie. Les gens croient en Dieu parce qu'ils y ont été conditionnés. »

| Approuvé
Catégorie:
Philosophie
1 minute de lecture

Vous pourriez me demander : « Comment puis-je savoir si mes souffrances sont réelles ou imaginaires ? » Voici la règle pour de ...

| Approuvé
Catégories:
L'individu
1 minute de lecture

Celui qui devient prince grâce à la faveur du peuple doit rester amical, et il peut facilement le faire, car ...

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×