|
2 minutes de lecture

L'envie de rentrer chez soi

L'envie de rentrer chez soi L'envie de rentrer chez soi
Source: Amy Sherald via hyperallergic
Americanah
Du livre
Americanah
Taille de la police
A
12 24 17
A

Elle avait donc banni le mot « gros » de son vocabulaire. Mais le « gros » lui est revenu l'hiver dernier, après presque treize ans, lorsqu'un homme faisant la queue derrière elle au supermarché a marmonné « Les gros n'ont pas besoin de manger cette merde », alors qu'elle payait son sac géant de Tostitos. Elle le regarda, surprise, légèrement offensée, et pensa que c'était un parfait titre pour son article de blog, comment cet étranger avait décidé qu'elle était grosse. Elle classait l'article sous l'étiquette « race, sexe et taille ». Mais de retour chez elle, alors qu'elle se tenait debout et faisait face à la vérité du miroir, elle réalisa qu'elle avait ignoré, pendant trop longtemps, la nouvelle étroitesse de ses vêtements, le frottement de l'intérieur de ses cuisses, les parties plus douces et plus rondes de son corps qui tremblaient lorsqu'elle bougeait. Elle était grosse. Elle prononça le mot « grosse » lentement, en le faisant passer d'un côté à l'autre, et elle pensa à toutes les autres choses qu'elle avait appris à ne pas dire à haute voix en Amérique. Elle était grosse. Elle n'avait pas de courbes ni de gros os ; elle était grosse, c'était le seul mot qui lui semblait vrai. Et elle avait ignoré, elle aussi, le ciment de son âme. Son blog se portait bien, avec des milliers de visiteurs uniques chaque mois, et elle gagnait de bons cachets en tant que conférencière. Elle avait une bourse à Princeton et une relation avec Blaine – « Tu es l'amour absolu de ma vie », avait-il écrit dans sa dernière carte d'anniversaire - et pourtant, il y avait du ciment dans son âme. Elle était là depuis un certain temps, une maladie matinale de fatigue, une morosité et une absence de frontières. Elle portait en elle des aspirations amorphes, des désirs difformes, de brefs reflets imaginaires d'autres vies qu'elle pourrait vivre, qui au fil des mois se fondaient en un mal du pays lancinant. Elle a parcouru les sites web nigérians, les profils nigérians sur Facebook, les blogs nigérians, et chaque clic a apporté une nouvelle histoire d'une jeune personne qui venait de rentrer chez elle, parée de diplômes américains ou britanniques, pour lancer une société d'investissement, une entreprise de production musicale, un label de mode, un magazine, une franchise de fast-food. Elle regardait les photos de ces hommes et de ces femmes et ressentait la douleur sourde de la perte, comme s'ils avaient ouvert sa main et pris quelque chose qui lui appartenait. Ils vivaient sa vie. Le Nigeria est devenu le lieu où elle était censée être, le seul endroit où elle pouvait enfoncer ses racines sans avoir constamment besoin de les arracher et de les secouer.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Psychologie
1 minute de lecture

- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je ...

| Approuvé
Catégorie:
Vie

Le bonheur consiste en une répétition fréquente du plaisir.

| Approuvé
Catégorie:
Vie

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.

Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.

Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

- 1968 -

| Approuvé
Catégorie:
Vie

Le voyage de mille kilomètres commence par un seul pas.

| Approuvé
Catégorie:
Vie

La monotonie fait s'effondrer le temps ; la nouveauté l'étend.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×