|
3 minutes de lecture

Les bonnes histoires ont une structure sous-jacente

Les bonnes histoires ont une structure sous-jacente Les bonnes histoires ont une structure sous-jacente
Source : Ewa Poklewska-Koziełło via theartroomplant
Winning the Story Wars
Du livre
Winning the Story Wars
Taille de la police
A
12 24 17
A
#Histoires
#Livres

Beaucoup plus tard, j'ai appris que les bonnes histoires sont structurées comme les balles de base-ball. En surface, on retrouve les éléments visibles de l'histoire : le décor, les personnages et les actions que ces derniers entreprennent. Ce sont les éléments des histoires que nous connaissons tous depuis l'enfance. Nous connaissons la couverture et nous pensons que nous savons tout ce qu'il y a à savoir. Mais il y a tellement plus. Juste sous la surface, l'histoire trouve sa structure dans la morale de l'histoire. Le conteur ne présente pas les personnages et les actions par hasard. Chaque élément visible existe pour illustrer un point primordial, une explication d'une vérité avouée sur le fonctionnement du monde. Comme la balle de ficelle sous la couverture détermine invisiblement la taille, la forme et le poids d'une balle de baseball, la morale d'une histoire fournit sa structure, sa forme et sa pertinence. Dans une fable, cette morale sera ouvertement et même carrément énoncée. Dans une histoire plus complexe, il appartiendra à l'auditeur ou au lecteur de la glaner dans le récit. Mais aussi cachée ou évidente soit-elle, sans cette structure sous-jacente, le public aura intuitivement l'impression qu'une histoire n'est qu'un ensemble d'événements aléatoires. Sans une sorte de morale, nous rejetons instinctivement une histoire comme étant mal racontée. Et puis il y a le cœur de l'histoire, caché une couche plus profonde au centre de tout cela. Ce noyau peut même être caché à la conteuse elle-même. C'est là que nous trouvons les valeurs impliquées par la morale. Lorsque nous entendons une histoire avec la morale "Mieux vaut prévenir que guérir", nous savons quelque chose sur la narratrice ; nous savons qu'elle accorde de l'importance à la sécurité et à la prévisibilité. Lorsque nous entendons une histoire avec la morale "Celui qui hésite est perdu", nous savons que notre conteur valorise quelque chose de tout à fait différent : l'aventure et le risque. Les valeurs qui sont au cœur d'un mythe lui donnent son sens et, à moins que nous ne les recherchions, ces valeurs restent souvent cachées à notre esprit conscient.

J'ai trouvé ces idées extrêmement utiles, et nous les utiliserons pour explorer le succès iconique des histoires construites à partir du noyau vers l'extérieur sur des vérités concernant la nature humaine. Ce sont des vérités que les histoires inadéquates ignorent et cherchent souvent à nier. Nous déballerons la formule mythique de ce que j'appelle le marketing de l'autonomisation : des histoires racontées pour aider à encourager le public sur la voie de la maturation et de la citoyenneté. La pratique du marketing de l'autonomisation se fonde sur deux des théories les plus influentes dans le domaine de la croissance et de la maturation humaines : la hiérarchie des besoins d'Abraham Maslow et le parcours du héros de Joseph Campbell. La hiérarchie des besoins nous fournit un menu très étendu de valeurs universelles auxquelles vous pouvez faire appel dans vos publics au-delà de la cupidité, de la vanité, de la peur et de l'intérêt personnel. Grâce aux connaissances de Maslow, vous pouvez définir des valeurs de haut niveau adaptées à votre message, à votre marque et à votre public. Ensuite, en utilisant ce que nous avons appris de Joseph Campbell, vous pouvez transformer ces valeurs en une morale résonnante de l'histoire et créer une structure d'histoire qui fera appel au potentiel héroïque de votre public. Ces modèles nous montrent une alternative claire à la vision sombre et limitée de la nature humaine inspirée par Freud et mise sur le marché par des hommes comme Edward Bernays. Et parce que ces histoires de marketing de l'autonomisation fonctionnent de la manière dont les mythes traditionnels ont toujours fonctionné, appelant leurs auditeurs à la croissance et à la maturité, les campagnes construites sur ces modèles affirment leur suprématie dans notre nouvelle tradition orale.

Exemple

+ 15 points
Connaissez-vous un exemple, un fait, une preuve, une expérience personnelle qui étayerait cette théorie ?


Vous devez renseigner ce champ

Interprétation

+ 15 points
Pensez-vous que cette entrée peut avoir une autre lecture, ou que vous pouvez apporter une clarification au texte de l'auteur ?


Vous devez renseigner ce champ

Commentaire

+ 5 points
Voudriez-vous partager une opinion sur cet
article?


Vous devez renseigner ce champ


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Culture
1 minute de lecture

Les plaisirs de l'ignorance sont aussi grands, à leur manière, que les plaisirs de la connaissance. Car si la lumière ...

| Approuvé
Catégorie:
Culture
La lecture intègre quelque chose en vous, quelque chose que vous ne saviez pas ou n'aviez peut-être même pas imaginé La lecture intègre quelque chose en vous, quelque chose que vous ne saviez pas ou n'aviez peut-être même pas imaginé
Samantha Dodge via Tumblr

[...] l'acte de lecture est une cérémonie de communion secrète, parfois féconde.  Quiconque lit quelque chose qui en vaut vraiment la peine ne lit pas en toute impunité.  Lire un de ces livres qui respirent quand on les met à l'oreille ne vous laisse pas indifférent : il vous change, ne serait-ce qu'un peu, il intègre en vous quelque chose que vous ne saviez pas ou n'aviez pas imaginé, et il vous invite à chercher, à poser des questions.  Et plus encore : parfois, elle peut même vous aider à découvrir le vrai sens des mots trahis par le dictionnaire de notre temps.  Que pourrait vouloir de plus une conscience critique ?

| Approuvé
Catégorie:
Culture

Une information suivie d’un démenti, ça fait deux informations.

| Approuvé
Catégorie:
Culture
L'art existe pour nous permettre de ressentir - et non de voir - le monde
L'art existe pour nous permettre de ressentir - et non de voir - le monde
GIF
Nicolò Canova via Giphy

Le projet fondamental de l'art est toujours de rendre le monde entier et compréhensible, de nous le restituer dans toute sa gloire et sa malice occasionnelle, non par la parole mais par le sentiment, et ensuite de combler le fossé entre vous et tout ce qui n'est pas vous, et de passer ainsi du sentiment au sens. Ce n'est pas quelque chose que les comités peuvent faire. Ce n'est pas une tâche réalisée par des groupes ou des mouvements. C'est une tâche individuelle, chaque personne étant en quelque sorte le médiateur entre le sens de l'histoire et l'expérience du monde.

| Approuvé
Catégorie:
Culture

Cher Monsieur -

Cela se résume à la signification du mot "inutile". Il est souvent possible de supprimer un mot sans détruire la structure d'une phrase, mais cela ne signifie pas nécessairement que le mot est inutile ou que la phrase aurait gagné à être retirée.

Si vous deviez donner au mot "inutile" une structure étroite, vous devriez supprimer des dizaines de milliers de mots de Shakespeare, qui disait rarement quelque chose en six mots qui pourrait être dit en vingt. L'écriture n'est pas un exercice d'excision, c'est un voyage dans le monde sonore. Que diriez-vous de [Macbeth] "demain, demain et ...

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×