|
Précédent Suivant
1 minute de lecture

Les deux dimensions nécessaires à la réalisation : motivation et volonté

Les deux dimensions nécessaires à la réalisation : motivation et volonté Les deux dimensions nécessaires à la réalisation : motivation et volonté
Source: Auteur inconnu via Tumblr
How Children Succeed:
Du livre
How Children Succeed:
Taille de la police
A
12 24 17
A

[À propos de l’expérimentation d’Angela Duckworth - universitaire américaine et psychologue]

Duckworth divise la mécanique de la réussite en deux dimensions distinctes : la motivation et la volition (i.e acte de volonté). Chacune, dit-elle, est nécessaire pour atteindre des objectifs à long terme, mais aucune ne suffit à elle-même. La plupart d'entre nous sont familiers la sensation induite par une grande motivation, mais manquent de volition : vous pouvez être extrêmement motivé pour perdre du poids par exemple, mais à moins que vous n’en ayez vraiment la volonté - le contrôle de soi - de renoncer à ces succulentes cerise danoise d’aller soulever des haltères, vous n'allez pas réussir.

Si un enfant est très motivé, les techniques et les exercices de maîtrise de soi que Duckworth a essayé d'enseigner à ces élèves de cinquième année pourraient être très utiles. Mais que se passe-t-il si les étudiants ne sont pas motivés pour atteindre les objectifs que leurs enseignants ou leurs parents les souhaitent voir atteindre ?


Vous devez renseigner ce champ
Choisissez la langue de l’article que vous souhaitez éditer: ENFR

Please not comments are subject to moderators approval

0 exemple

Chargement

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Psychologie
1 minute de lecture

- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je ...

Catégories:
Motivation
1 minute de lecture

Vous vous demandez probablement quand les choses changeront-elles ? Quand est-ce que ça va commencer à aller mieux ? Bien, j'ai une ...

Catégories:
Biologie
[Marqueurs somatiques] Nous faisons les choses instinctivement parce que nos expériences passées nous ont appris à éviter le danger ou à faire des choses qui nous feront plaisir [Marqueurs somatiques] Nous faisons les choses instinctivement parce que nos expériences passées nous ont appris à éviter le danger ou à faire des choses qui nous feront plaisir
almacan on deviant art

(...) ce chaînage de concepts et de parties du corps et de sensations crée ce que le scientifique Antonio Damasio appelle un « marqueur somatique » - une sorte de signet, ou de raccourci, dans notre cerveau. Semés durant les expériences passées de récompense et de punition, ces marqueurs servent à relier une expérience ou une émotion à une réaction spécifique.

En nous aidant instantanément à réduire le nombre de possibilités offertes dans une situation donnée, les marqueurs somatiques nous montrent la décision à prendre, celle qui fournira le meilleur résultat et qui sera le moins douloureuse. Ainsi, nous savons s'il est sûr ou ...

Catégories:
Management & RH
Pour surmonter l'échec, il est nécessaire de reconnaître (a) la douleur et, (b) que c'est la conséquence inévitable quant on entreprend quelque chose de nouveau. Le succès viendra en temps voulu Pour surmonter l'échec, il est nécessaire de reconnaître (a) la douleur et, (b) que c'est la conséquence inévitable quant on entreprend quelque chose de nouveau. Le succès viendra en temps voulu
Julien Pacaud via Tumblr

Nous devons entrevoir l'échec différemment.

Je ne suis pas le premier à dire que l'échec, lorsqu'il est abordé de la bonne façon, peut se révéler être l’opportunité de grandir. Mais la façon dont la plupart des gens interprètent cette affirmation, est que les erreurs sont un mal nécessaire. Les erreurs ne sont pas un mal nécessaire. L’échec n’est pas « mauvais ».

L’échec est la conséquence inévitable de toute nouvelle entreprise (et en tant que tel, devraient être considéré comme apportant de la valeur - sans lui il n’y aurait pas d’originalité en ce monde). Et pourtant, même si je dis qu’embrasser l'échec est une partie importante de l'apprentissage, je reconnais également qu’accepter cette vérité ne suffit pas.

C'est parce que l'échec est douloureux, et nos sentiments à propos de cette douleur tendent à brouiller notre compréhension de la valeur de l’échec. Pour démêler les bons des mauvais côtés de l'échec, nous devons reconnaître qu’il incarne à la fois la douleur, et l’opportunité de grandir.

Catégories:
Business
L’idée que vous voulez faire passer doit permettre aux gens de se sublimer eux-mêmes en la relayant L’idée que vous voulez faire passer doit permettre aux gens de se sublimer eux-mêmes en la relayant
Kurt Chang via Behance

A quoi ceux qui parlent d’un produit ou d’un service ressemblent quand ils le font ? La plupart des gens préfèrent avoir l’air intelligent que stupide, riche que pauvre, et cool que geek. Tout comme les vêtements que nous portons et les voitures que nous conduisons, ce dont nous parlons influence la façon dont les autres nous voient. C’est de la « monnaie sociale ». Connaître des choses intéressantes, comme un mixeur qui peut déchirer un iPhone, donne l'impression que les gens sont perspicaces et avertis. Donc, pour faire parler les gens, nous devons élaborer des messages qui les aident à obtenir les impressions souhaitées. Vous devez trouver ce qui rend l’idée remarquable et valorisante, et faire en sorte que les gens se sentent comme des personnes initiées. Vous devez tirer parti des mécanismes de jeu pour donner aux gens des moyens d'atteindre leurs objectifs et fournir des symboles visibles du statut qu'ils peuvent montrer aux autres.

Row:Column:
×
Row:Column:
×