|
3 minutes de lecture

Les différences de strcture entre les deux sexes sont (plus ou moins) liées directement à la propagation de l’espèce

Les différences de strcture entre les deux sexes sont (plus ou moins) liées directement à la propagation de l’espèce Les différences de strcture entre les deux sexes sont (plus ou moins) liées directement à la propagation de l’espèce
Source : Esteban Ariza via Artstation
La Filiation de l'homme et la sélection liée au sexe
Du livre
La Filiation de l'homme et la sélection liée au sexe
Taille de la police
A
12 24 17
A
#distinction des mâles et femelles (animaux)
#sélection sexuelle

Chez les animaux à sexes séparés, les mâles diffèrent nécessairement des femelles par leurs organes de reproduction, qui constituent les caractères sexuels primaires. Mais les sexes diffèrent souvent aussi par ce que Hunter a appelé les caractères sexuels secondaires, qui ne sont pas en rapport direct avec l’acte de la reproduction ; le mâle, par exemple, possède certains organes de sens ou de locomotion, dont la femelle est dépourvue ; ou bien, ils sont beaucoup plus développés chez lui pour lui permettre de la trouver et de l’atteindre ; ou bien encore, le mâle est muni d’organes spéciaux de préhension, à l’aide desquels il peut facilement la maintenir. Ces derniers organes, très diversifiés, se confondent avec d’autres que, dans certains cas, on peut à peine distinguer de ceux qu’on considère ordinairement comme les organes primaires ; tels sont les appendices complexes qui occupent l’extrémité de l’abdomen des insectes mâles. À moins que nous ne restreignions le terme « primaire » aux glandes reproductrices seules, il n’est presque pas possible d’établir une ligne de démarcation entre les organes sexuels primaires et les organes secondaires.

La femelle diffère souvent du mâle en ce qu’elle possède des organes destinés à l’alimentation ou à la protection de ses jeunes, tels que les glandes mammaires des Mammifères, et les poches abdominales des Marsupiaux. Dans quelques cas plus rares, le mâle possède des organes analogues qui font défaut chez la femelle, comme les réceptacles pour les œufs qu’on trouve chez certains poissons mâles, et ceux qui se développent temporairement chez certaines grenouilles mâles. La plupart des abeilles femelles ont un appareil particulier pour récolter et porter le pollen, et leur ovipositeur se transforme en un aiguillon pour la défense des larves et de la communauté. Nous pourrions encore citer de nombreux cas analogues, mais qui ne nous intéressent pas ici. Il existe, toutefois, d’autres différences qui n’ont aucune espèce de rapport avec les organes sexuels primaires, différences qui nous intéressent plus particulièrement, — telles que la plus grande taille, la force, les dispositions belliqueuses du mâle, ses armes offensives ou défensives, sa coloration fastueuse et ses divers ornements, la faculté de chanter, et autres caractères analogues.

(…)

Dans la plupart des cas, les différences de conformation entre les deux sexes se rattachent plus ou moins directement à la propagation de l’espèce ; ainsi, une femelle qui a à nourrir une multitude d’œufs a besoin d’une nourriture plus abondante que le mâle, et, par conséquent, elle doit posséder des moyens spéciaux pour se la procurer. Un animal mâle qui ne vit que quelques heures peut, sans inconvénient, perdre, par défaut d’usage, les organes qui lui servent à se procurer des aliments, tout en conservant dans un état parfait ceux de la locomotion, qui lui servent à atteindre la femelle. Celle-ci, au contraire, peut perdre sans danger les organes qui lui permettent le vol, la natation ou la marche, si elle acquiert graduellement des habitudes qui lui rendent la locomotion inutile.

Nous n’avons toutefois à nous occuper ici que de la sélection sexuelle. Cette sélection dépend de l’avantage que certains individus ont sur d’autres de même sexe et de même espèce, sous le rapport exclusif de la reproduction. Lorsque la conformation diffère chez les deux sexes par suite d’habitudes différentes, comme dans les cas mentionnés ci-dessus, il faut évidemment attribuer les modifications subies à la sélection naturelle, et aussi à l’hérédité limitée à un seul et même sexe. Il en est de même pour les organes sexuels primaires, ainsi que pour ceux destinés à l’alimentation et à la protection des jeunes ; car les individus capables de mieux engendrer et de mieux protéger leurs descendants doivent en laisser, cæteris paribus, un plus grand nombre qui héritent de leur supériorité, tandis que ceux qui les engendrent ou les nourrissent dans de mauvaises conditions n’en laissent qu’un petit nombre pour hériter de leur faiblesse. Le mâle cherche ordinairement la femelle, les organes des sens et de la locomotion lui sont donc indispensables ; mais, si ces organes lui sont indispensables, ce qui est généralement le cas, pour accomplir d’autres actes de l’existence, ils doivent leur développement à l’action de la sélection naturelle. Lorsque le mâle a joint la femelle, il lui faut quelquefois des organes préhensiles pour la retenir ; ainsi, le docteur Wallace m’apprend que certaines phalènes mâles ne peuvent pas s’unir avec les femelles, si leurs tarses ou pattes sont brisés. Beaucoup de crustacés océaniques mâles ont les pattes et les antennes extraordinairement modifiées pour pouvoir saisir la femelle ; d’où nous pouvons conclure que, ces animaux étant exposés à être ballottés par les vagues de la pleine mer, les organes en question leur sont absolument nécessaires, pour qu’ils puissent propager leur espèce ; dans ce cas, le développement de ces organes n’a été que le résultat de la sélection ordinaire ou sélection naturelle. Quelques animaux placés très bas sur l’échelle se sont modifiés dans le même but ; ainsi, certains vers parasites mâles, qui ont atteint leur développement complet, ont la surface inférieure de l’extrémité du corps transformée en une sorte de râpe ; ils enroulent cette extrémité autour de la femelle et la maintiennent ainsi très fortement.

Exemple

+ 15 points
Connaissez-vous un exemple, un fait, une preuve, une expérience personnelle qui étayerait cette théorie ?


Vous devez renseigner ce champ

Interprétation

+ 15 points
Pensez-vous que cette entrée peut avoir une autre lecture, ou que vous pouvez apporter une clarification au texte de l'auteur ?


Vous devez renseigner ce champ

Commentaire

+ 5 points
Voudriez-vous partager une opinion sur cet
article?


Vous devez renseigner ce champ


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Biologie
2 minutes de lecture

Journaliste : Pensez-vous que les gens commencent à penser que le vieillissement est le véritable ennemi ? Aubrey de Grey : Je le ...

| Approuvé
Catégorie:
Biologie
1 minute de lecture

Peu importe qu'il s'agisse de criminalité, de caractéristiques psychologiques, de troubles psychiatriques ou de comportements humains parfaitement normaux, comme le ...

| Approuvé
Catégories:
Biologie
8 minutes de lecture

Les drogues sont le produit d'un jeu évolutif complexe. Au fil de l'évolution des champignons et des plantes, certains ont ...

| Approuvé
Catégories:
Biologie
2 minutes de lecture

L'ocytocine est le produit chimique préféré de la plupart des gens. C'est le sentiment d'amitié, d'amour ou de confiance profonde ...

| Approuvé
Catégorie:
Biologie
5 minutes de lecture

Je ne vais pas répondre à cette question. En fait, je doute qu'il soit jamais possible de donner une réponse ...

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×