|
1 minute de lecture

Les épidémies ne diminuent pas nécessairement parce que tout le monde a été infecté, mais elles se terminent aussi parce qu'il n'y a plus assez de personnes infectées pour maintenir la transmission

Les épidémies ne diminuent pas nécessairement parce que tout le monde a été infecté, mais elles se terminent aussi parce qu'il n'y a plus assez de personnes infectées pour maintenir la transmission Les épidémies ne diminuent pas nécessairement parce que tout le monde a été infecté, mais elles se terminent aussi parce qu'il n'y a plus assez de personnes infectées pour maintenir la transmission
Source: Charis Tsevis via Behance
Taille de la police
A
12 24 17
A

De la grippe à la peste, le nombre de cas dans une véritable épidémie augmente souvent de façon exponentielle au début. Au bout d'un certain temps, la maladie atteint un niveau maximal, puis le nombre de nouveaux cas commence à diminuer. Lorsque McKendrick et Kermack ont commencé leurs recherches (1927, "A Contribution to the Mathematical Theory of Epidemics"), les gens ont généralement invoqué deux raisons possibles pour expliquer ce déclin. Soit l'épidémie s'est éteinte parce que l'infection était devenue moins puissante avec le temps, soit parce qu'il ne restait plus de personnes vulnérables - tout le monde avait été infecté et était soit mort soit immunisé.

Dans leur modèle, McKendrick et Kermack supposèrent que l'agent pathogène resta le même tout au long de l'épidémie ; l'infection ne s’était pas atténuée avec le temps. Et pourtant, le modèle produisit quand même un déclin éventuel des cas. Lorsque le duo compara le modèle à l'épidémie de peste de 1905 à Bombay, le nombre de cas prévu correspondait au niveau réel de la maladie.

La diminution de l'infection était-elle donc due à un manque de personnes sensibles ? Apparemment non : dans le modèle, il restait toujours quelques personnes sensibles à la fin de l'épidémie. McKendrick et Kermack avaient démontré que les épidémies ne diminuent pas nécessairement parce que tout le monde a été infecté. Elles peuvent aussi prendre fin parce qu'il ne reste pas assez de personnes infectées pour maintenir la transmission. Une fois que suffisamment de personnes sont immunisées, les personnes infectées ont peu de chances de rencontrer une autre personne sensible, ce qui signifie qu'elles se rétablissent généralement avant d'infecter d'autres personnes.

----- 

Source : The calculus of contagion, 16 Septembre 2014, Aeon.co

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Animaux & nature
1 minute de lecture

Les gouvernements et les parlements doivent se rendre compte que l'astronomie est l'une des sciences qui coûtent le plus cher ...

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
Un virus intelligent ne tue pas Un virus intelligent ne tue pas
R1DD1CK via zbrushcentral

Un virus inefficace tue son hôte. Un virus intelligent reste avec lui.

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
Un seul arbre dans une plaine se tient comme un grand homme Un seul arbre dans une plaine se tient comme un grand homme
Lorenzo Lanfranconi via Arstation

Je vénère [les arbres] quand ils vivent dans des tribus et des familles, dans des forêts et des bosquets. Et je les vénère encore plus quand ils sont seuls. Ils sont comme des personnes seules. Pas comme des ermites qui se sont dérobés par faiblesse, mais comme de grands hommes solitaires, comme Beethoven et Nietzsche. Dans leurs branches les plus hautes, le monde bruisse, leurs racines reposent dans l'infini ; mais ils ne s'y perdent pas, ils luttent avec toute la force de leur vie pour une seule chose : se réaliser selon leurs propres lois, construire leur propre forme, se représenter eux-mêmes. [...] Un arbre dit : La tentative et le risque que la mère éternelle a pris avec moi est unique, unique la forme et les veines de ma peau, unique le plus petit jeu de feuilles dans mes branches et la plus petite cicatrice sur mon écorce. J'ai été fait pour former et révéler l'éternel dans mon plus petit détail spécial.

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
2 minutes de lecture

Regardez à nouveau ce point. C'est là. C'est la maison. C'est nous. Sur ce point, tous ceux que vous aimez ...

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature

Le mot même de virus a commencé comme une contradiction. Nous avons hérité ce mot de l'Empire romain, où il signifiait à la fois le venin d'un serpent ou le sperme d'un homme. La création et destruction en un seul mot.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×