|
2 minutes de lecture

Les japonais vivent le silence de l’intérieur

Les japonais vivent le silence de l’intérieur Les japonais vivent le silence de l’intérieur
Source : Artist unknown via Pinterest
Le Japon et la culture du silence
Du livre
Le Japon et la culture du silence
Taille de la police
A
12 24 17
A
#japon
#japonais
#ressentir les choses de l'intérieur
#Silence

Le touriste de passage en Orient, surtout il ne s'arrête que dans les grandes villes, ne remarque pas grand-chose d'une culture du silence. Son souvenir le plus net sera peut-être le tohu-bohu assourdissant d'une ville chinoise ou les accents aigus de son théâtre. Les villes japonaises, en comparaison, sont plus calmes. Mais le Japon déconcerte lui aussi beaucoup d'Européens par l'insensibilité au bruit, A peine imaginable, de ses habitants. Dans une gare, les piaillements ininterrompus d'un nourrisson ne dérangent personne. Une mère de famine ignore totalement, en apparence, les jeux tumultueux de ses garçons. Un professeur ne paraît pas s'apercevoir que des enfants jouent bruyamment dans la pièce où il travaille. Et bien des visiteurs s'étonnent de voir leur hôte japonais si peu trouble quand les chants des geishas et les instruments qui les accompagnent, ou les éclats de rire de dineurs éméchés, traversent la mince paroi de papier qui le sépare du salon voisin pendant qu'il reçoit cérémonieusement ses amis dans un salon de thé.

Le flegme étonnant des Japonais a regard du bruit ne traduit pas du tout un manque de sensibilité auditive. II est bien le fruit d'une longue éducation. Celle-ci parait encore plus admirable lorsque l'on comprend que cette impassibilité devant le vacarme résulte d'une force intérieure méthodiquement exercée. Le Japonais doit sa remarquable capacité de silence intérieur au milieu de tous les bruits de la vie non à une apathie ou à une indifférence innée, ou encore à une harmonie naturelle de sa personnalité, mais a un travail intérieur. Ii y est conduit par une nécessité personnelle car, compare à l'Occidental et même au Chinois, le Japonais est, en fait, particulièrement sensible, vulnérable et disharmonique. Plus que d'autres il peut être perturbé de l'extérieur, ou secoué par des forces intérieures qui menaceraient d'explosion sa structure fragile. Le Japonais se défend donc, de l'intérieur comme de l'extérieur, par un mur de protection qui lui permet de rester paisible à travers les changements et les vicissitudes de la vie. Mais le calme auquel il s'efforce lui apporte bien plus que l'indépendance et l'indifférence à l'égard de l'agitation ambiante. Ce qui importe pour lui dans ce calme, c'est qu’il est la source d'un profond sentiment de la Vie, l'espace ou respire son Être essentiel qui, en son centre, est un avec l’Être du Tout. II n'apprend pas à cultiver le silence intérieur seulement pour être capable d'affronter les orages de l'existence, il le recherche en lui-même, comme une possession durable du Soi en lui. Le résultat surnaturel compte plus que le bienfait naturel. L'important est de garder et de développer le sens intérieur grâce auquel nous percevons ce qui Mot par le silence et par lui seul.

C'est ainsi que le Japon a créé cette culture du silence. Comme chez tout Oriental, elle correspond à l'intime penchant qui, tant par sa disposition particulière de corps et d'esprit que par une longue tradition de discipline formatrice, l'unit aux calmes profondeurs de la Vie. Partout au Japon — si l'on possède le sens qui permet de le percevoir — le charme de cette culture nous touche : dans les maisons et les jardins, les objets d’artisanat, l'art, le savoir-vivre, l'exercice du culte, mais avant tout par le rayonnement spécial de l’homme parvenu à la maturité.

Exemple

+ 15 points
Connaissez-vous un exemple, un fait, une preuve, une expérience personnelle qui étayerait cette théorie ?


Vous devez renseigner ce champ

Interprétation

+ 15 points
Pensez-vous que cette entrée peut avoir une autre lecture, ou que vous pouvez apporter une clarification au texte de l'auteur ?


Vous devez renseigner ce champ

Commentaire

+ 5 points
Voudriez-vous partager une opinion sur cet
article?


Vous devez renseigner ce champ


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Culture
1 minute de lecture

Les plaisirs de l'ignorance sont aussi grands, à leur manière, que les plaisirs de la connaissance. Car si la lumière ...

| Approuvé
Catégorie:
Culture
La lecture intègre quelque chose en vous, quelque chose que vous ne saviez pas ou n'aviez peut-être même pas imaginé La lecture intègre quelque chose en vous, quelque chose que vous ne saviez pas ou n'aviez peut-être même pas imaginé
Samantha Dodge via Tumblr

[...] l'acte de lecture est une cérémonie de communion secrète, parfois féconde.  Quiconque lit quelque chose qui en vaut vraiment la peine ne lit pas en toute impunité.  Lire un de ces livres qui respirent quand on les met à l'oreille ne vous laisse pas indifférent : il vous change, ne serait-ce qu'un peu, il intègre en vous quelque chose que vous ne saviez pas ou n'aviez pas imaginé, et il vous invite à chercher, à poser des questions.  Et plus encore : parfois, elle peut même vous aider à découvrir le vrai sens des mots trahis par le dictionnaire de notre temps.  Que pourrait vouloir de plus une conscience critique ?

| Approuvé
Catégorie:
Culture

Une information suivie d’un démenti, ça fait deux informations.

| Approuvé
Catégorie:
Culture
L'art existe pour nous permettre de ressentir - et non de voir - le monde
L'art existe pour nous permettre de ressentir - et non de voir - le monde
GIF
Nicolò Canova via Giphy

Le projet fondamental de l'art est toujours de rendre le monde entier et compréhensible, de nous le restituer dans toute sa gloire et sa malice occasionnelle, non par la parole mais par le sentiment, et ensuite de combler le fossé entre vous et tout ce qui n'est pas vous, et de passer ainsi du sentiment au sens. Ce n'est pas quelque chose que les comités peuvent faire. Ce n'est pas une tâche réalisée par des groupes ou des mouvements. C'est une tâche individuelle, chaque personne étant en quelque sorte le médiateur entre le sens de l'histoire et l'expérience du monde.

| Approuvé
Catégorie:
Culture

Cher Monsieur -

Cela se résume à la signification du mot "inutile". Il est souvent possible de supprimer un mot sans détruire la structure d'une phrase, mais cela ne signifie pas nécessairement que le mot est inutile ou que la phrase aurait gagné à être retirée.

Si vous deviez donner au mot "inutile" une structure étroite, vous devriez supprimer des dizaines de milliers de mots de Shakespeare, qui disait rarement quelque chose en six mots qui pourrait être dit en vingt. L'écriture n'est pas un exercice d'excision, c'est un voyage dans le monde sonore. Que diriez-vous de [Macbeth] "demain, demain et ...

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×