|
Précédent Suivant
1 minute

Les lectures sensationnelles et vicieuses ont toujours attiré les lecteurs

Les lectures sensationnelles et vicieuses ont toujours attiré les lecteurs Les lectures sensationnelles et vicieuses ont toujours attiré les lecteurs
Source: mightyleeds
Trust Me, I'm Lying
Du livre
Trust Me, I'm Lying
Taille de la police
A
12 24 17
A

Les journaux ont changé le moment où Benjamin Day lança le New York Sun en 1833. Ce n'est pas tant son journal qui a changea tout que sa façon de le vendre: dans la rue, à l’unité. Il engagea des chômeurs pour les vendre et résolut immédiatement un problème majeur qui tourmentait en ce temps l’industrie : les abonnements impayés. La méthode « cash and carry » de Benjamin Day ne permettait pas de faire crédit au client. Vous achetiez le journal cash un point c’est tout. Le New York Sun, avec cette simple innovation en matière de distribution, inventa la presse d’actualité. Des milliers d'imitateurs le copièrent.

Les journaux n’étaient pas livrés à votre porte. A chaque coin de rue dans les bars ou dans les gares, là où se déroulaient les ventes, la concurrence étaient tellement féroce qu’ils se devaient d’être plus provocants, excitants les uns que les autres. Puis en raison du changement des méthodes de distribution et de la vitesse accrue de la presse, les journaux devinrent véritablement des journaux. Leur seul but était d'obtenir de nouvelles informations, de les imprimer les plus rapidement, et d’obtenir l’exclusivité avant ses concurrents. C’était le début du déclin de la qualité éditoriale. Les journaux remplissaient leurs pages de potins et autres histoires légères. Les journaux qui résistèrent échouèrent, comme nous le rappelle la tentative désastreuse d’Horace Greeley, qui publia un journal plus intellectuel, avec une réelle qualité éditoriale peu de temps avant le New York Sun de Benjamin Day.

En 1835, juste après les débuts du New York Sun, James Gordon Bennett, Sr. lança le New York Herald. Quelques années plus tard, le Herald devint le plus grand quotidien en termes de circulation des États-Unis, peut-être même dans le monde. C’était aussi le plus sensationnel et vicieux.

Non pas que cela était en accord avec ses convictions personnelles, mais parce que cela était en accort avec ses convictions d’ordre professionnelles : il savait que le rôle du journal n'était « pas d'instruire, mais de surprendre ». Son journal était anti-noir, anti-immigrant et anti-subtilité. Et ça faisait vendre - à la fois aux personnes qui les aimaient et aux gens qui les détestaient.

Et ils achetèrent et achetèrent encore et encore…

Chargement
Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Sciences humaines
Moins vous vous souciez des choses, plus vous serez heureux
Moins vous vous souciez des choses, plus vous serez heureux
GIF
depidop via Tumblr

Accorder trop d’importance aux choses est mauvais pour votre santé mentale. Cela vous amène à devenir trop attaché au superficiel et au faux, à dédier votre vie à la poursuite d'un mirage de bonheur et de satisfaction. La clé d'une vie épanouie n'est pas d’accorder d’importance à plus en plus de choses, mais au contraire d’en accorder à moins en moins de choses, à vous foutre presque de tout, sauf de ce qui est vrai, immédiat et important.

Catégorie:
Sciences humaines
Quand quelqu’un est en colère, cela signifie qu’il ou elle souffre. Quand quelqu’un est en colère, cela signifie qu’il ou elle souffre.
Sergii Radkevych via Behance

Quand sommes en colère, c’est que nous souffrons.

Si vous comprenez vraiment cela, vous serez également en mesure de comprendre que lorsque l'autre personne est en colère, cela signifie qu'elle souffre.

Quand quelqu'un vous insulte ou se comporte violemment envers vous, vous devez être assez intelligent pour voir que la personne souffre de sa propre violence et de sa colère.

Mais nous avons tendance à l’oublier. Nous pensons que nous sommes les seuls qui souffrent, et que l'autre est un oppresseur. Cela suffit à faire surgir notre propre colère et à alimenter un désir de punition envers lui. Nous voulons ...

Catégorie:
Sciences humaines
1 minute

Il n'y a rien de plus attirant et de plus convaincant que la spontanéité, que ce soit chez un enfant ...

Catégorie:
Sciences humaines
La corrélation entre argent et bonheur est très faible, la façon dont vous utilisez votre temps est l’élément le plus important
La corrélation entre argent et bonheur est très faible, la façon dont vous utilisez votre temps est l’élément le plus important
GIF
flrngif via Tumblr

Les chercheurs psychologues ont trouvé une relation étonnamment minime entre l'argent et le bonheur. L’une des raisons invoquées est que les gens ne le dépensent correctement, mais l'argent lui-même pourrait seulement être un aspect du problem.

Jennifer L. Aaker dans son article de 2011 « Si l'argent ne vous rend pas heureux, pensez au temps » affirme que le temps joue un rôle essentiel dans la compréhension du bonheur qui se décline en 5 principes :

1) passer du temps avec les bonnes personnes : passez du temps avec d'autres qui vous apportent du bonheur, et particulièrement ceux qui vous procurent les plus grands niveaux de bonheur : vos amis, votre famille et vos proches ; alors que votre patron ou vos collègues auront tendance à être associés à un moindre bonheur.

2) passer du temps sur les bonnes activités : dans quelle mesure le contenu de cette expérience est-il « à feuillage persistant » - éternellement frais et durable?

3) profiter de l'expérience sans dépenser son temps : la partie du cerveau responsable du plaisir, le système dopaminergique mésolimbique, peut être activée simplement en pensant : le cerveau aime parfois autant l’anticipation d’une récompense que la récompense elle-même.

4) élargir son temps : se concentrer sur "l'ici et maintenant" (principe de pleine conscience) : Pourquoi ? Le fait de penser au moment présent (par opposition au futur) ralentit la perception du temps qui passe, ce qui permet aux gens de se sentir moins pressés et stressés.

5) être conscient que le bonheur change au fil du temps : par exemple, les jeunes sont plus susceptibles d'associer le bonheur à l'excitation, alors que les personnes plus âgées associent plus volontairement le bonheur à la sérénité.

Souce : Jennifer Aaker, Melanie Rudd, Cassie Mogilner  If Money Doesn't Make You Happy, Consider Time, Journal of Consumer Psychology, 2011

Catégorie:
Sciences humaines
1 minute

Comment obtenez-vous des gens qu’ils s’intéressent à un sujet ? Vous mettez en évidence des lacunes dans leurs connaissances (...) Les lacunes ...

Row:Column:
×