|
1 minute de lecture

Les lève-tôt auraient un risque moindre de souffrir de dépression

Les lève-tôt auraient un risque moindre de souffrir de dépression Les lève-tôt auraient un risque moindre de souffrir de dépression
Source: Kim Salt via Behance
Taille de la police
A
12 24 17
A

Les lève-tôt présentent un risque inférieur de dépression de 12 à 27% inférieurs aux types dits « intermédiaires ».

C'est le résultat d'une étude menée en juin 2018 auprès de 32 000 femmes infirmières d'âge moyen. L’étude montre que le risque de dépression n'est pas seulement déterminé par les facteurs environnementaux (exposition à la lumière etc.) ou par le style de vie (horaires de travail etc.), comme nous pourrions le penser ; mais aussi par le chronotype - la préférence d’une personne pour des activités de jour ou de soir.

La recherche a révélé que les chronotypes du soir sont moins susceptibles d'être mariés, plus susceptibles de vivre seuls et d'être fumeurs, et enfin plus susceptibles d'avoir des habitudes de sommeil irrégulières.

Les noctambules sont-ils pour autant condamnés à être déprimés ? Pas s’ils dorment suffisamment, pratiquent une activité sportive, passent du temps à l'extérieur, baissent les lumières la soir et tenter de s’exposer autant que possible à la lumière du jour pendant la journée.

Ceci dit, 4 ans d'étude et 2 581 cas de dépression étudiés montrent que les chronotypes du matin présentent un risque plus faible de dépression.

Allez-vous coucher tôt et sentez-vous mieux.

___

Source : Prospective study of chronotype and incident depression among middle- and older-aged women in the Nurses’ Health Study II, Céline Vetter, Journal of Psychiatric Research, August 2018

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Exemple (1)

3

Entièrement d’accord.

J’avais acheté le livre « Miracle Morning » l’année dernière ; et même si pour la petite histoire, je n’ai pas réussi à tenir le rythme de couché 21h - levé 4h, le livre a eu pour effet bénéfique de changer mes habitudes : j’éteins maintenant tout chez moi à partir de 22h00, et j’essaie de trouver le sommeil quoi qu’il arrive avant 23h00.

Ça fait maintenant un an …

Je me sens beaucoup plus active, alerte, énergétique.

Je ne sais pas si j’aurais été plus déprimée (!) si j’avais continué comme je le faisais avant en allant me coucher vers une heure du matin. Mais je crois vraiment que oui. Energie = bien-être = plus de joie = moins de déprime. Je le vois comme cela.

De Laurent2 | 19/06/2018

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Santé
1 minute de lecture

Aujourd'hui, amener les gens à mener un mode de vie sain et à adopter des comportements sains se heurte à ...

| Approuvé
Catégorie:
Santé
1 minute de lecture

[...] nous devons accéder au cerveau émotionnel et faire de la « thérapie du système limbique » : réparer les systèmes d'alarme défectueux et ...

| Approuvé
Catégories:
Créativité
1 minute de lecture

Mais que se passe-t-il exactement quand vous vous ennuyez et que cela enflamme votre imagination ? « Lorsque nous nous ennuyons, nous ...

| Approuvé
Catégorie:
Santé
La méditation n'est pas une position particulière à un instant donné, méditer, c'est être conscient
La méditation n'est pas une position particulière à un instant donné, méditer, c'est être conscient
GIF
nn-oo-vv-aa via Tumblr

La méditation n'est pas quelque chose qui doit être fait dans une position particulière à un moment donné. C'est une prise de conscience et une attitude qui doit persister tout au long de la journée.

| Approuvé
Catégorie:
Santé
Nous pouvons réellement changer notre propre physiologie et notre équilibre intérieur par d'autres moyens que les médicaments Nous pouvons réellement changer notre propre physiologie et notre équilibre intérieur par d'autres moyens que les médicaments
零@AR-617 via Twitter

Le modèle de maladie cérébrale dominant ignore quatre vérités fondamentales : 

(1) notre capacité à nous détruire les uns les autres va de pair avec notre capacité à nous guérir les uns les autres. Le rétablissement des relations et du lien avec la communauté environnante est essentiel pour restaurer le bien-être ;

(2) le langage nous donne le pouvoir de nous changer nous-mêmes et de changer les autres en communiquant nos expériences, en nous aidant à définir ce que nous savons et en trouvant un sens commun ;

(3) nous avons la capacité de réguler notre propre physiologie, y compris certaines des fonctions dites involontaires du corps et du cerveau, par des activités de base telles que la respiration, le mouvement et le toucher ; et 

(4) nous pouvons modifier les conditions sociales pour créer des environnements dans lesquels les enfants et les adultes peuvent se sentir en sécurité et où ils peuvent s'épanouir.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×