|
1 minute de lecture

L’espèce humaine est entraînée vers sa disparition

L’espèce humaine est entraînée vers sa disparition L’espèce humaine est entraînée vers sa disparition
Source: Caleb Sanders via Instagram
Le problème de l'augmentation de l'énergie humaine
Du livre
Le problème de l'augmentation de l'énergie humaine
Taille de la police
A
12 24 17
A

De la variété infinie des phénomènes que la nature présente à nos sens, il n'en est aucun qui émerveille nos esprits plus que ce mouvement inconcevable et complexe que nous désignons dans son ensemble comme la « vie humaine » ; son origine mystérieuse reste dissimulée par l’impénétrable brume du passé, son caractère est rendu incompréhensible par son incalculable complexité, et sa destination se cache dans un fond insondable, celui du futur. D'où vient la vie ? Qu'est-ce que la vie ? Quel est son but ? sont les grandes questions auxquelles les sages de tous les temps se sont efforcés de répondre.

La science moderne dit : Le soleil est le passé, la terre est le présent, la lune est l'avenir. D'une masse incandescente la Terre est née, en une masse congelée, la Terre finira. La loi de la nature est impitoyable et, rapidement et irrésistiblement, nous sommes entraînés vers notre destin. Lord Kelvin [Physicien mathématicien et ingénieur écossais du 19ème siècle], dans ses méditations profondes, ne nous accorde qu'une courte durée de vie, quelque chose comme six millions d'années, après quoi la lumière brillante du soleil aura cessé de briller, et sa vie donnant la chaleur se sera dissipée, et notre propre Terre sera un morceau de glace, se précipitant d’elle-même dans la nuit éternelle.

Mais ne nous laissons pas désespérer. Il restera encore une étincelle de vie, une étincelle scintillante, celle d'allumer un nouveau feu sur une étoile lointaine. Cette merveilleuse possibilité semble en effet exister, à en juger par les expériences du professeur Dewar sur l'air liquide, qui montrent que les germes de la vie organique ne sont pas détruits par le froid, quelle que soit son intensité. Elle peut donc se transmettre dans l'espace interstellaire. Pendant ce temps, les lumières encourageantes de la science et de l'art, de plus en plus intenses, illuminent notre chemin. Les merveilles qu'elles nous révèlent et les plaisirs qu'elles nous offrent, nous font oublier de façon mesurable le sombre avenir qui se dresse devant nous.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Exemple (0)

Chargement

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Animaux & nature
Peut-être existe-t-il un langage non-parlé mais compris par des êtres vivants autres que l'homme Peut-être existe-t-il un langage non-parlé mais compris par des êtres vivants autres que l'homme
monlongo via Tumblr

Comment se fait-il que les animaux comprennent des choses que je ne comprends pas moi-même, tandis que eux il est certain les comprennent? Peut-être existe-t-il un langage qui n'est pas fait de mots et que le monde lui comprend. Il existe peut-être une âme cachée dans tout. Une âme qui quelque soit le moment, peut communiquer à une autre âme, sans même émettre le moindre son et sans aucune interruption.

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
Être un carnivore, c'est voler la nature Être un carnivore, c'est voler la nature
Sebastian Kowoll via Artstation

Je ne volerai plus la Nature

Tu es malade de compréhension et de religion.
Viens à moi, que tu puisses entendre une saine vérité.
Ne mange pas injustement le poisson que la mer a rejeté,
et ne désire pas comme nourriture la chair des animaux égorgés,
Ou le lait blanc des mères qui destinaient ce pur breuvage à leurs petits et non aux nobles dames. N’afflige pas les oiseaux confiants en prenant leurs œufs ;
car l’injustice est le pire des crimes.
Epargne le miel que les abeilles ont industrieusement recueilli de la fleur des plantes parfumées ;
Car elles ne l’ont ...

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
Que les animaux aient la capacité de raisonner ou de parler n’a aucune incidence sur la façon dont nous devrions les traiter Que les animaux aient la capacité de raisonner ou de parler n’a aucune incidence sur la façon dont nous devrions les traiter
La cascade - Henri Julien Félix Rousseau

Le jour viendra peut-être où le reste de la création animale pourra acquérir ces droits qui n’auraient pu leur être refusés que par la main de la tyrannie. Les Français ont déjà découvert que la couleur de la peau n’était pas une raison pour abandonner un être humain au caprice d’un bourreau. Il se peut que l'on reconnaisse un jour que le nombre de jambes, la villosité de la peau ou la terminaison de l'os sacrum sont des raisons tout aussi insuffisantes pour abandonner un être sensible au même sort.

Qu’est-ce qui pourrait tracer une limite à ne pas franchie ? Est-ce la faculté de raisonner, ou peut-être celle de parler ? Mais un cheval ou un chien adulte est un animal bien plus rationnel, et qui a bien plus de conversation, qu'un nourrisson d'un jour, d'une semaine ou même d'un mois.

Mais supposons qu'il en soit autrement. La question n'est alors pas, peuvent-ils raisonner ? ni peuvent-ils parler ? mais, peuvent-ils souffrir ?

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×