|
1 minute de lecture

Lorsque l'envie, la colère et les insultes ne sont pas acceptées, elles continuent d'appartenir à celui qui les a portées

Lorsque l'envie, la colère et les insultes ne sont pas acceptées, elles continuent d'appartenir à celui qui les a portées Lorsque l'envie, la colère et les insultes ne sont pas acceptées, elles continuent d'appartenir à celui qui les a portées
Source: SU GA via Artstation
Taille de la police
A
12 24 17
A

Près de Tokyo vivait un grand guerrier samouraï, aujourd'hui âgé, qui a décidé d'enseigner le bouddhisme zen aux plus jeunes. Malgré son âge, la légende voulait qu'il puisse vaincre n'importe quel adversaire.

Un après-midi, un guerrier - connu pour son absence totale de scrupules - débarqua. Il était connu pour utiliser des techniques de provocation : attendre que son adversaire fasse le premier pas et contre-attaquer avec une vitesse fulgurante.

Tous se rassemblèrent sur la place de la ville, et le jeune homme se mit à insulter le vieux maître. Il lui lança quelques pierres, lui cracha au visage, lui cria toutes les insultes possibles et imaginables sous le soleil - il insulta même ses ancêtres. À la fin de l'après-midi, se sentant maintenant épuisé et humilié, le guerrier impétueux s'en alla.

Déçus par le fait que le maître avait reçu tant d'insultes et de provocations, les étudiants demandèrent :

- Comment avez-vous pu supporter une telle indignité ? Pourquoi avez-vous refusé d'utiliser votre sabre, même en sachant que vous pourriez perdre le combat, au lieu de faire preuve de lâcheté devant nous tous ?

- Si quelqu'un vient vers vous avec un cadeau, et que vous ne l'acceptez pas, à qui appartient ce cadeau ? - a demandé le Samouraï.

- Celui qui a essayé de le remettre - répondit l'un de ses disciples.

- Il en va de même pour l'envie, la colère et les insultes - dit le maître. - Lorsqu'ils ne sont pas acceptés, ils continuent d'appartenir à celui qui les a portés.

-----

Source : The gift of insults (anglais), 19 Octobre 2015, Paulocoelhoblog

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Relations humaines

Nous n'aimons pas tant les gens pour le bien qu'ils nous ont fait, que pour le bien que nous leur faisons.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines
Les mariages heureux les sont grâce à l’amitié Les mariages heureux les sont grâce à l’amitié
OEART 오이아트 via Artstation

Ce n'est pas un manque d'amour, mais un manque d'amitié qui rend les mariages malheureux.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines
2 minutes de lecture

La civilité et la politesse consistent essentiellement, si je ne suis pas trompé, en une sorte de façon de traiter ...

| Approuvé
Catégories:
Management & RH
Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés
Maya Angelou de Henry Lee Battle

[Oprah Winfrey disait dans l'une des interviews :]

« Il y a une merveilleuse phrase de Maya Angelou, tirée d'un poème qu'elle a écrit s’intitulant « À nos grands-mères », elle y dit :

« J’avance seule, mais me tiens devant vous comme dix mille. ».

Donc quand j’entre dans une pièce, et en particulier avant que je ne commence quelque chose de vraiment difficile, une situation où je sens que je vais être face à certaines difficultés ; je m'assoie et pense à la force des dix mille. »

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×