|
2 minutes de lecture

Lorsqu'une entreprise cesse de croire en l'innovation, elle échoue

Lorsqu'une entreprise cesse de croire en l'innovation, elle échoue Lorsqu'une entreprise cesse de croire en l'innovation, elle échoue
De zéro à un
Du livre
De zéro à un
Taille de la police
A
12 24 17
A

Que se passe-t-il lorsqu'une entreprise cesse de croire aux secrets ?

Le triste déclin de Hewlett-Packard est une mise en garde. En 1990, l'entreprise valait 9 milliards de dollars. Puis vint une décennie d'invention. En 1991, HP lanca la DeskJet 500C, la première imprimante couleur abordable au monde. En 1993, elle lance l'OmniBook, l'un des premiers ordinateurs portables « ultraportables ».

L'année suivante, HP lança l'OfficeJet, le premier fax/imprimante /copieur tout-en-un au monde. Cette expansion constante de la gamme de produits porta ses fruits : au milieu de l'année 2000, la valeur de HP s'élevait à 135 milliards de dollars. Mais à partir de la fin de 1999, lorsque HP lança une nouvelle campagne de marque autour de l'impératif d' « inventer », elle a cessé précisément d'inventer.

En 2001, l'entreprise lança HP Services, une branche de conseil et de support. En 2002, HP fusionna avec Compaq, probablement parce que l’entreprise ne savait pas quoi faire d'autre. En 2005, la capitalisation boursière de l'entreprise avait chuté à 70 milliards de dollars, soit environ la moitié de ce qu'elle était cinq ans auparavant.

Le conseil d'administration de HP n’était qu’un microcosme de dysfonctionnements : il se divisa en deux fractions, dont une seule s'intéressait aux nouvelles technologies. Cette fraction était dirigée par Tom Perkins, un ingénieur qui était arrivé chez HP en 1963 pour diriger la division de R&D de l'entreprise à la demande personnelle de Bill Hewlett et Dave Packard. A 73 ans en 2005, Perkins aurait tou aussi bien pu être un voyageur dans le temps d'une époque où l’optimisme était révolu : il pensait que le conseil d'administration devrait identifier les nouvelles technologies les plus prometteuses et les faire construire ensuite par HP. Mais la fraction de Perkins perdit face à sa rivale, menée par la présidente Patricia Dunn.

Banquière de formation, M. Dunn faisait valoir que l'élaboration d'un plan pour la technologie future dépassait la compétence du conseil. Elle pense que le conseil d'administration devrait se limiter à un rôle de « veilleur de nuit » : Est-ce que tout était bien en ordre dans le département comptabilité ? Les gens suivaient-ils toutes les règles ? Au milieu de ces querelles, une personne du conseil d'administration commença à divulguer des informations à la presse. Lorsqu'on découvrit que Dunn avait organisé une série d'écoutes illégales pour identifier la source, le contrecoup fût pire que la dissension initiale, et le conseil fût déshonoré.

Ayant abandonné la recherche de secrets technologiques, HP était obsédé par les ragots. Par conséquent, à la fin de 2012, la valeur de la HP n'était plus que de 23 milliards de dollars - pas beaucoup plus qu'en 1990, en tenant compte de l'inflation.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Business
Le focus, c'est dire non Le focus, c'est dire non
Auteur inconnu via Pinterest

Le Focus, c’est dire non à 1 000 bonne idées

| Approuvé
Catégories:
Business

Restez sur votre faim.
Restez stupide.

| Approuvé
Catégorie:
Business

Chaque fois que je lis un livre de management ou de développement personnel, je me dis : « C'est bien, mais ce n'était pas vraiment le plus difficile dans cette situation ». Le plus difficile n'est pas de se fixer un objectif ambitieux, audacieux et dangereux. Ce qui est difficile, c'est de licencier les gens quand on ne parvient pas à atteindre le grand objectif. Ce qui est difficile, ce n'est pas d'embaucher des gens géniaux. Ce qui est difficile, c'est quand ces « gens formidables » développent un sentiment de supériorité et commencent à exiger des choses déraisonnables. Le plus difficile n'est pas de mettre en place un organigramme. Ce qui est difficile, c'est de faire en sorte que les gens communiquent au sein de l'organisation que vous venez de concevoir. Le plus difficile n'est pas de rêver en grand. Le plus difficile, c'est de se réveiller en pleine nuit avec des sueurs froides lorsque le rêve se transforme en cauchemar.

| Approuvé
Catégories:
Business
Le dernier effort pour toute tâche est ce qui demande le plus de travail Le dernier effort pour toute tâche est ce qui demande le plus de travail
tomaszmro

Les derniers 10% représentent 90% du travail.

| Approuvé
Catégories:
Business
2 minutes de lecture

Juste avant de prendre l'avion pour rentrer chez nous, nous avions signé des accords avec deux usines chinoises et sommes ...

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×