|
2 minutes de lecture

Nous ne sommes ni nos actions, ni nos pensées

Nous ne sommes ni nos actions, ni nos pensées Nous ne sommes ni nos actions, ni nos pensées
Source : Auteur inconnu via Giphy
Taille de la police
A
12 24 17
A
#Méditation

C'est cela, en somme, qu'explique en termes scientifiques [...] fondée sur de multiples observations faites en laboratoire à la Faculté de médecine de Tokyo, des effets somatiques du zazen : sensible abaissement du taux d'acide lactique dans le sang, modification perceptible des sécrétions endocrines et surtout des ondes du cerveau, enregistrées par l'électroencéphalogramme. La rectitude absolue de la colonne vertébrale, la respiration lente et profonde déplacent le centre émetteur des couches superficielles du cerveau, que nous utilisons presque exclusivement. Dans notre vie quotidienne, vers les strates profondes, recouvertes, offusquées, étouffées par les premières, et qui ont presque cessé d'être fonctionnelles.

Voilà, me semble-t-il, une excellente approche du zazen à l'usage des Occidentaux.

Surtout si l'on met en parallèle ces données avec les travaux et expériences faits par ailleurs sur ces mêmes centres, car à ce cerveau profond correspondrait la personnalité sous-jacente aux conditionnements sociaux, aux astreintes et contraintes de l'éducation, représentés, eux, par les couches préfrontales du néocortex, le centre de nos actes les plus personnels, les plus intimes, gratuits et désintéressés, des activités artistiques et, plus généralement, créatives, esthétiques, celles grâce auxquelles on se fait plaisir à soi-même, celles où se contente et s'épanouit ce que Freud appelle le principe de plaisir, celles en somme de la pure jouissance, spirituelle comme sensuelle, mais aussi de l'intuition, de l'imaginaire, du « génie », mais c'est aussi le lieu, puisque, dans l'ordre de l'évolution, il s'agit là du cerveau antérieur, primitif, de la communication avec tous les autres êtres vivants, et pas seulement humains, le point rayonnant, pourrait-on dire, de la participation cosmique, car tout ceci que distinguent les mots, en réalité, ne fait qu'un.

Ce point de vue extérieur, objectif est confirmé par ce que du dedans on ressent en zazen, mais aussi d'une certaine manière l'explique et le justifie, ce n'est donc pas un leurre, une histoire qu'on se raconte à soi-même. En effet, si les lobes frontaux ont pris une telle prédominance, devenue chez certains un véritable monopole, c'est sous la pression de la société, avec la montée d'une civilisation exclusivement et platement rationaliste platement, car l'homme y est réduit à sa projection plane, planifiée, il a perdu sa troisième dimension, son relief dire du plus petit dénominateur commun, soigneusement amputé de tout ce qui dépassait, soigneusement raboté, car c'est à partir de lui que peut se faire le consensus général, ce sont aussi, complémentairement, les centres de la défense, de l'alerte dirigée contre le monde extérieur et ses agressions, dont il est concevable qu'ils aient pris une importance sans cesse croissante avec l'accumulation, le resserrement de l'espèce humaine.

Seulement, et fort heureusement, notre personnalité profonde ne réside pas là. Et, au fond, nous le savons bien intuitivement, ou, tout au moins, nous nous en doutons. Nous sommes agités, mais aussi nous nous voyons agités. En somme, nous ne nous confondons pas nous-mêmes avec notre action ni tout à fait avec notre pensée - qui oserait dire encore : Je pense, donc je suis ? - , ni même avec notre état, puisque nous le savons versatile, changeant au gré des circonstances, des humeurs, et qu'ainsi nous nous référons implicitement à quelque chose d'autre, de fixe, de stable, situé hon au-dehors, mais au-dedans.

Exemple

+ 15 points
Connaissez-vous un exemple, un fait, une preuve, une expérience personnelle qui étayerait cette théorie ?


Vous devez renseigner ce champ

Interprétation

+ 15 points
Pensez-vous que cette entrée peut avoir une autre lecture, ou que vous pouvez apporter une clarification au texte de l'auteur ?


Vous devez renseigner ce champ

Commentaire

+ 5 points
Voudriez-vous partager une opinion sur cet
article?


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Religion & Spiritualité
2 minutes de lecture

La plupart des gens croient à tort qu'il suffit d'arrêter de travailler pour ne plus avoir de travail. Les inventeurs ...

| Approuvé
Catégorie:
Religion & Spiritualité
5 minutes de lecture

Tout le monde a entendu des gens se disputer. Parfois, cela peut paraître drôle et parfois, cela peut sembler désagréable ...

| Approuvé
Catégorie:
Religion & Spiritualité
[loi de l'ondulation] L'expérience commune à tous les êtres humains est que la vie sur terre est remplie de pics et de creux [loi de l'ondulation] L'expérience commune à tous les êtres humains est que la vie sur terre est remplie de pics et de creux
johnmauricio via Artstation

Les humains sont des amphibiens, moitié esprit et moitié animal. (La détermination de l'ennemi à produire un hybride aussi révoltant a été l'une des choses qui a déterminé Notre Père à lui retirer son soutien). En tant qu'esprits, ils appartiennent au monde éternel, mais en tant qu'animaux, ils habitent le temps. Cela signifie que si leur esprit peut être dirigé vers un objet éternel, leurs corps, leurs passions et leurs imaginations sont en perpétuel changement, car être dans le temps signifie changer.

Leur approche la plus proche de la constance est donc l'ondulation, c'est-à-dire le retour répété à un niveau à partir duquel ils retombent sans cesse, une série de creux et de sommets. Si vous aviez observé attentivement votre patient, vous auriez vu cette ondulation dans tous les compartiments de sa vie - son intérêt pour son travail, son affection pour ses amis, ses appétits physiques, tout monte et descend. Tant qu'il vivra sur terre, les périodes de richesse et de vivacité émotionnelle et corporelle alterneront avec des périodes d'engourdissement et de pauvreté.

La sécheresse et la monotonie dans lesquelles votre patient se trouve actuellement ne sont pas, comme vous le supposez affectueusement, le fruit de votre travail ; elles ...

| Approuvé
Catégorie:
Religion & Spiritualité

L'une des grandes tragédies de l'humanité est que la morale a été détournée par la religion. C'est pourquoi les gens supposent maintenant que la religion a un lien nécessaire. Mais la base de la moralité est vraiment très simple et n'exige pas du tout de religion. Il s'agit de ceci : « Ne faites à personne d'autre ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fasse. ». Il me semble que c'est tout ce qu'il y a à faire.

| Approuvé
Catégorie:
Religion & Spiritualité
2 minutes de lecture

Le christianisme est appelé la religion de la pitié. - La pitié est l'opposé des affects toniques qui augmentent l'énergie des ...

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×
Row:Column:
×