|
1 minute de lecture

Parfois, vous devez avoir la force d'ignorer les conseils des autres

Parfois, vous devez avoir la force d'ignorer les conseils des autres Parfois, vous devez avoir la force d'ignorer les conseils des autres
Source: Kevin HOHLER via Behance
Founders at Work
Du livre
Founders at Work
Taille de la police
A
12 24 17
A

Je pense que l'une des choses qui tue si souvent de grandes idées est le compromis : laisser les recommandations venues de l’extérieur prendre le dessus sur ce que vous dit votre instinct. Ce n'est pas que je n’accorde pas de valeur à la contribution des gens ; mais vous devez aussi parfois avoir la force de l'ignorer.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Exemple (0)

Chargement

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Sciences humaines
Les deux dimensions nécessaires à la réalisation : motivation et volonté
Les deux dimensions nécessaires à la réalisation : motivation et volonté
GIF
Auteur inconnu via Tumblr

[À propos de l’expérimentation d’Angela Duckworth - universitaire américaine et psychologue]

Duckworth divise la mécanique de la réussite en deux dimensions distinctes : la motivation et la volition (i.e acte de volonté). Chacune, dit-elle, est nécessaire pour atteindre des objectifs à long terme, mais aucune ne suffit à elle-même. La plupart d'entre nous sont familiers la sensation induite par une grande motivation, mais manquent de volition : vous pouvez être extrêmement motivé pour perdre du poids par exemple, mais à moins que vous n’en ayez vraiment la volonté - le contrôle de soi - de renoncer à ces succulentes cerise danoise d’aller soulever des ...

| Approuvé
Catégories:
Management & RH
Pour surmonter l'échec, il est nécessaire de reconnaître (a) la douleur et, (b) que c'est la conséquence inévitable quant on entreprend quelque chose de nouveau. Le succès viendra en temps voulu Pour surmonter l'échec, il est nécessaire de reconnaître (a) la douleur et, (b) que c'est la conséquence inévitable quant on entreprend quelque chose de nouveau. Le succès viendra en temps voulu
Julien Pacaud via Tumblr

Nous devons entrevoir l'échec différemment.

Je ne suis pas le premier à dire que l'échec, lorsqu'il est abordé de la bonne façon, peut se révéler être l’opportunité de grandir. Mais la façon dont la plupart des gens interprètent cette affirmation, est que les erreurs sont un mal nécessaire. Les erreurs ne sont pas un mal nécessaire. L’échec n’est pas « mauvais ».

L’échec est la conséquence inévitable de toute nouvelle entreprise (et en tant que tel, devraient être considéré comme apportant de la valeur - sans lui il n’y aurait pas d’originalité en ce monde). Et pourtant, même si je dis qu’embrasser l'échec est une partie importante de l'apprentissage, je reconnais également qu’accepter cette vérité ne suffit pas.

C'est parce que l'échec est douloureux, et nos sentiments à propos de cette douleur tendent à brouiller notre compréhension de la valeur de l’échec. Pour démêler les bons des mauvais côtés de l'échec, nous devons reconnaître qu’il incarne à la fois la douleur, et l’opportunité de grandir.

| Approuvé
Catégorie:
Vie réussie

Le point est le suivant : les grands penseurs sont des spécialistes de la création d’images positives, prospectives et optimistes dans leur esprit et dans celui des autres. Pour penser grand, nous devons utiliser des mots et des expressions qui produisent des images mentales fortes et positives

| Approuvé
Catégorie:
Vie réussie
Vous devez vous sentir appartenir à quelque chose de plus grand Vous devez vous sentir appartenir à quelque chose de plus grand
artiste inconnu via Pinterest

Que vous écoutiez Aristote, des psychologues de Harvard, Jésus-Christ ou les maudits Beatles, ils disent tous que le bonheur vient de la même chose : se soucier de quelque chose de plus grand que soi, se sentir être un élément contributif au sein d’une entité beaucoup plus grande, que votre vie n’est qu’un simple processus parallèle à une grande production inintelligible. Ce sentiment est ce qui pousse les gens à se rendre à l'église; c’est ce pour quoi ils se battent sur les champs de bataille ; c’est ce pourquoi ils fondent des familles, épargnent pour leur retraite, construisent des ponts ou inventent des téléphones portables : ce sentiment éphémère de faire partie de quelque chose de plus grand et de plus inconnu qu’eux-mêmes.

| Approuvé
Catégorie:
Vie réussie
Le focus, c'est dire non Le focus, c'est dire non
Auteur inconnu via Pinterest

Le Focus, c’est dire non à 1 000 bonne idées

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×