|
Précédent Suivant
1 minute de lecture

Partez de l’expérience client pour ensuite aboutir sur la technologie

Partez de l’expérience client pour ensuite aboutir sur la technologie Partez de l’expérience client pour ensuite aboutir sur la technologie
Source: wojciechdziadosz via Deviantart
Taille de la police
A
12 24 17
A

Vous devez travailler à partir de l'expérience client pour aller ensuite vers la technologie.

Vous ne pouvez pas commencer par la technologie et essayer de comprendre comment vous allez tenter de la vendre. J'ai fait cette erreur probablement plus que n'importe qui d'autre dans cette pièce, et j’en ai payé les conséquences (…).

Alors que nous pensions à une vision et une stratégie pour Apple, la réflexion a commencé par « quels bénéfices incroyables pouvons-nous donner au client ? » et non pas « allons nous asseoir avec nos ingénieurs pour trouver quelle technologie incroyable nous avons et pouvons mettre entre les mains de nos consommateurs ».

Je pense que c’est le bon chemin.


Vous devez renseigner ce champ
Choisissez la langue de l’article que vous souhaitez éditer: ENFR

Please not comments are subject to moderators approval

0 exemple

Chargement

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Marketing
Peu importe ce que votre produit est, vous êtes au final dans le business de l’éducation
Peu importe ce que votre produit est, vous êtes au final dans le business de l’éducation
GIF
tripcontrol via tumblr

Peu importe ce que votre produit est, vous êtes au final dans le business de l’éducation. Vos clients doivent être constamment informés des nombreux avantages qu’il y a à faire affaire avec vous, être formés pour utiliser vos produits de manière plus efficace, et montrés comment ils peuvent constamment améliorer leur vie grâce à vous.

Catégorie:
Marketing
Les clients veulent des produits qui les concernent et rendent leur vie meilleure Les clients veulent des produits qui les concernent et rendent leur vie meilleure
wizmood on Ello

En tant que clients, ce que nous recherchons plus qu’une marchandise, c’est être compris.

Nous ne recherchons pas seulement un véhicule pour nous transporter d’un point A à un point B, un lit confortable pour dormir, ou un livre qui nous accroche.

Ce que nous voulons, c’est être vus.

« Plus qu’une marque réactive, je veux une marque qui me soit pertinente. »

La valeur pour les entreprises, la valeur n’est pas dans les données qu’elle collecte, mais dans comment elle les utilise pour rendre nos vies meilleures.

Catégorie:
Marketing
1 minute de lecture

Lee déchira cinq feuilles de papier de son bloc-notes et en fit cinq boulettes. Quand il eut terminé, le manège ...

Catégorie:
Marketing

J'ai beaucoup de respect pour quiconque peut inventer un nom intelligent qui suggère quelque chose sur la marque. Certains de mes noms inventés préférés sont Dreamery, Groupon, Pictionary, Cinnabon, Chillow, Pinterest, Chuggemaut et San Franpsycho. (...) Il est important de s'assurer que votre nom ait un sens pour les clients potentiels, pas seulement pour vous.

Catégorie:
Marketing
[Loi dite du « Double Jeopardy »] Les marques ayant une faible part de marché souffrent à la fois de faibles achats et d'un faible taux de fidélisation.
[Loi dite du « Double Jeopardy »] Les marques ayant une faible part de marché souffrent à la fois de faibles achats et d'un faible taux de fidélisation.
GIF
giphy

Dans les années 1960, le sociologue William McPhee a inventé la notion de « double jeopardy », ou « double danger » en français, pour décrire la sympathie et les tendances des gens envers certains comportements.

Nous valons son application au marketing au statisticien Andrew Ehrenberg qui fait du « double jeopardy » une loi empirique selon laquelle les marques ayant des parts de marché plus faibles souffrent à la fois de faibles achats et d'une faible fidélité à leur marque.

Autrement dit, les marques moins populaires ont non seulement moins d'acheteurs, mais ont également moins de clients fidèles par rapport aux marques populaires dominantes sur le marché. Selon le concept du « double péril », une marque dominante possède donc le pourcentage d’achat le plus élevé ainsi qu’une plus grande fidélité des consommateurs à sa marque. Ce qui est pour elle un double avantage a une conséquence négative pour les marques moins populaires : il devient difficile pour elles de fidéliser leur clientèle et d’augmenter leurs ventes car il n’est pas aisé de convaincre les acheteurs que la qualité d’un produit moins vendu, est de meilleure qualité qu’une marque reconnue de tous. 

Row:Column:
×
Row:Column:
×