|
5 minutes de lecture

Qu'est-ce que la vie ?

Qu'est-ce que la vie ? Qu'est-ce que la vie ?
Source: Rosalis Art via fineartamerica
Qu'est-ce que la vie ?
Du livre
Qu'est-ce que la vie ?
Taille de la police
A
12 24 17
A

Je ne vais pas répondre à cette question. En fait, je doute qu'il soit jamais possible de donner une réponse complète, car nous savons ce que l'on ressent lorsqu'on est en vie, tout comme nous savons ce que sont la rougissement, la douleur ou l'effort. Nous ne pouvons donc les décrire en termes de quoi que ce soit d'autre. Mais ce n'est pas une question stupide à poser, car nous voulons souvent savoir si un homme est vivant ou non, et lorsque nous avons affaire aux agents microscopiques de la maladie, il est assez clair que les bactéries sont vivantes, mais loin d'être clair si les virus, tels que ceux qui causent la rougeole et la variole, le sont.

Nous devons donc décrire la vie en termes de quelque chose d'autre, même si la description est assez incomplète. Nous pourrions essayer une expression telle que « l'influence de l'esprit sur la matière ». Mais cela ne servirait pas à grand-chose, pour plusieurs raisons. D'abord, même si vous êtes sûr que l'homme, et même les chiens, ont des esprits, il faut beaucoup de foi pour trouver un esprit dans une huître ou une pomme de terre. D'autre part, une telle définition couvrirait certainement les grandes œuvres d'art, ou les livres qui montrent clairement l'esprit de leur auteur, et qui continuent à influencer les lecteurs longtemps après sa mort. De même, il ne sert à rien d'essayer de définir la vie en termes de force vitale. George Bernard Shaw et C. E. M. Joad pensent qu'il y a une force de vie dans les êtres vivants. Mais si cela a un sens, ce dont je doute, on ne peut détecter la force vitale d'un animal ou d'une plante que par ses effets sur la matière. Nous devrions donc définir la vie en termes de matière. Dans la vie ordinaire, nous reconnaissons les êtres vivants en partie à leur forme et à leur texture. Mais celles-ci ne changent pas pendant quelques heures après la mort. Dans le cas des mammifères et des oiseaux, nous sommes sûrs qu'ils sont morts s'ils ont froid.

Ce test ne fonctionnerait pas sur une grenouille ou un escargot. Nous considérons qu'ils sont morts s'ils ne bougent pas lorsqu'on les touche. Mais dans le cas d'une plante, le seul test évident est de savoir si elle va se développer, et cela peut prendre des mois pour le savoir. Tous ces tests s'accordent à utiliser une sorte de mouvement ou de changement comme critère de vie, car la chaleur n'est qu'un mouvement irrégulier des atomes. Ils s'accordent également à dire qu'il s'agit de tests physiques plutôt que chimiques. Il ne fait aucun doute, je pense, que nous pouvons en apprendre davantage sur la vie grâce à une approche chimique plutôt que physique. Cela ne signifie pas que la vie a été entièrement expliquée en termes de chimie. Cela signifie qu'il s'agit d'un ensemble d'événements chimiques plutôt que physiques.

Ce qui est commun à toute la vie, ce sont les événements chimiques. Et ceux-ci sont extraordinairement similaires dans des organismes très différents. On peut dire que la vie est essentiellement un ensemble d'événements chimiques, et qu'il existe en outre une construction d'une forme caractéristique chez presque tous les êtres vivants, un mouvement caractéristique chez la plupart des animaux, et un sentiment et un but chez certains d'entre eux. La composition chimique des différents êtres vivants est très différente. Un arbre est constitué en grande partie de bois, qui ne ressemble pas beaucoup aux constituants d'un homme, mais plutôt à une substance appelée glycogène qui fait partie de la plupart, voire de la totalité, de nos organes. Mais les changements chimiques qui se produisent dans les feuilles, l'écorce et les racines d'un arbre, en particulier les racines, sont étonnamment similaires à ceux qui se produisent chez les êtres humains. Les racines ont besoin d'oxygène tout comme l'homme, et vous pouvez voir si une racine est vivante, tout comme vous pouvez voir si un chien est vivant, en mesurant la quantité d'oxygène qu'il consomme par minute. Et l'oxygène est utilisé dans les mêmes types de processus chimiques, que l'on peut décrire approximativement comme la combustion contrôlée de denrées alimentaires à basse température. Dans des circonstances ordinaires, l'oxygène ne se combine pas avec le sucre, sauf si les deux sont chauffés. Il le fait dans presque tous les êtres vivants par l'intermédiaire de ce qu'on appelle des enzymes. La plupart de l'oxygène que nous utilisons doit d'abord s'unir à une enzyme composée principalement de protéines, mais contenant un peu de fer. Warburg l'a découvert dans la levure en 1924. En 1926, j'ai fait des expériences assez grossières qui ont montré la même, ou presque, enzyme dans les plantes vertes, les papillons de nuit et les rats. Depuis lors, on la trouve dans une grande variété d'êtres vivants.

Il en va de même pour les autres processus. Une pomme de terre transforme le sucre en amidon et votre foie en glycogène par le même procédé. La plupart des étapes par lesquelles le sucre est décomposé lors de la fermentation alcoolique et de la contraction musculaire sont les mêmes. Et ainsi de suite. Les résultats finaux de ces processus sont bien sûr très différents. Une usine peut passer de la fabrication de pistolets à saumure à la fabrication de machines à coudre ou de bicyclettes sans qu'il y ait de très grands changements. De même, les processus chimiques par lesquels un insecte fabrique sa peau et un escargot sa bave sont très similaires, bien que les produits diffèrent grandement.

En fait, toute vie est caractérisée par un ensemble fondamentalement similaire de processus chimiques disposés selon des schémas très différents. Ainsi, les animaux consomment des denrées alimentaires, alors que la plupart des plantes les fabriquent. Mais tant chez les plantes que chez les animaux, la construction et la décomposition se font en permanence. L'équilibre est différent.

Engels a dit que la vie était le mode d'existence des protéines (le mot qu'il a utilisé est souvent traduit par « substances albumineuses »). C'est vrai dans la mesure où toutes les enzymes semblent être des protéines. Et c'est vrai dans la mesure où la similarité fondamentale de tous les êtres vivants est d'ordre chimique. Mais les enzymes et autres protéines peuvent être purifiées et exercer leurs activités caractéristiques dans des bouteilles en verre. Et aucun biochimiste ne dirait qu'ils sont vivants.

De la même manière, les pièces de Shakespeare sont constituées de mots, alors que les mots ne représentent qu'une toute petite partie des films d'Eisenstein. Il est important de le savoir, car il est important de savoir que la vie est constituée de processus chimiques.

Ce schéma a des propriétés particulières. Il engendre un motif similaire, comme le fait une flamme, mais il se régule comme une flamme ne le fait pas, sauf dans une faible mesure. Et, bien sûr, il a bien d'autres particularités. Ainsi, lorsque nous avons dit que la vie est un modèle de processus chimiques, nous avons dit quelque chose de vrai et d'important.

Mais supposer que l'on puisse décrire la vie de manière complète sur ces lignes, c'est tenter de la réduire à un mécanisme, ce qui me paraît impossible. D'un autre côté, dire que la vie ne consiste pas en des processus chimiques est à mon avis aussi futile et faux que de dire que la poésie ne consiste pas en des mots.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Biologie
2 minutes de lecture

Journaliste : Pensez-vous que les gens commencent à penser que le vieillissement est le véritable ennemi ? Aubrey de Grey : Je le ...

| Approuvé
Catégorie:
Biologie
1 minute de lecture

Peu importe qu'il s'agisse de criminalité, de caractéristiques psychologiques, de troubles psychiatriques ou de comportements humains parfaitement normaux, comme le ...

| Approuvé
Catégories:
Biologie
8 minutes de lecture

Les drogues sont le produit d'un jeu évolutif complexe. Au fil de l'évolution des champignons et des plantes, certains ont ...

| Approuvé
Catégories:
Biologie
2 minutes de lecture

L'ocytocine est le produit chimique préféré de la plupart des gens. C'est le sentiment d'amitié, d'amour ou de confiance profonde ...

| Approuvé
Catégorie:
Biologie
Les endorphines sont de petites choses magiques Les endorphines sont de petites choses magiques
Yaoyao Ma Van As, via boredpanda

Je ne suis pas un scientifique, mais je sais ce que sont les endorphines.

Ce sont de minuscules petits elfes magiques qui nagent dans votre sang et se racontent des blagues amusantes. Quand elles atteignent votre cerveau, vous entendez ce qu'elles disent et cela vous rend plus heureux et plus sain. « Toc Toc... Qui est là ?... Petite endorphine... Petite endorphine qui ?... Petite endorphine Annie . » Et puis les endorphines rient et puis vous riez.

Tu vois ? C'est de la science.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×