|
1 minute de lecture

[Réalisme naïf] Les humains ont tendance à croire que nous voyons tous le monde qui nous entoure objectivement, et les personnes qui ne sont pas d'accord avec cette vision doivent être mal informées, irrationnelles ou biaisées

[Réalisme naïf] Les humains ont tendance à croire que nous voyons tous le monde qui nous entoure objectivement, et les personnes qui ne sont pas d'accord avec cette vision doivent être mal informées, irrationnelles ou biaisées [Réalisme naïf] Les humains ont tendance à croire que nous voyons tous le monde qui nous entoure objectivement, et les personnes qui ne sont pas d'accord avec cette vision doivent être mal informées, irrationnelles ou biaisées
Source: Clayton Shonkwiler via Giphy
Taille de la police
A
12 24 17
A

La compréhension sociale du profane, selon nous, repose sur trois convictions connexes concernant la relation entre son expérience subjective et la nature des phénomènes qui donnent lieu à cette expérience subjective. À des fins didactiques, nous estimons qu'il est préférable d'exprimer ces convictions ou principes à la première personne :

1. Je vois les entités et les événements tels qu'ils sont dans la réalité objective, et mes attitudes sociales, croyances, préférences, priorités et autres découlent d'une appréhension relativement impartiale, non biaisée et essentiellement « sans intermédiaire » des informations ou des preuves dont je dispose.

2. Que d'autres percepteurs sociaux rationnels partagent généralement mes réactions, mes comportements et mes opinions, à condition qu'ils aient eu accès aux mêmes informations que celles qui ont donné lieu à mes opinions et qu'ils aient eux aussi traité ces informations de manière raisonnablement réfléchie et ouverte d'esprit.

3. Que le fait qu'une personne ou un groupe donné ne partage pas mes opinions provient de l'une des trois sources possibles - (a) la personne ou le groupe en question peut avoir été exposé à un échantillon d'informations différent du mien (dans ce cas, à condition que l'autre partie soit raisonnable et ouverte d'esprit, le partage ou la mise en commun des informations devrait nous amener à trouver un accord) ; (b) la personne ou le groupe en question peut être paresseux, irrationnel, ou autrement incapable ou peu désireux de passer de manière non native d'une preuve objective à des conclusions raisonnables ; ou (c) la personne ou le groupe en question peut être partial (soit dans l'interprétation de la preuve, soit dans le passage de la preuve aux conclusions) par idéologie, intérêt personnel, ou une autre influence personnelle déformante.

Le premier principe affirme donc, pour l'essentiel, que je vois les choses comme elles sont, c'est-à-dire que mes croyances, mes préférences et les réponses qui en découlent découlent découlent d'une perception essentiellement non médiatisée des stimuli pertinents et de l'incorporation de preuves pertinentes. Le deuxième principe affirme en outre que d'autres personnes rationnelles et raisonnables (à condition qu'elles aient été exposées aux mêmes stimuli et informations que moi et qu'elles traitent ces informations de manière raisonnablement réfléchie et objective) partageront à la fois mes expériences et mes réponses.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Management & RH
Notre nature humaine nous dit d'aider les autres Notre nature humaine nous dit d'aider les autres
Viktor Miller-Gausa via Behance

Les résultats (ndlr. de l'étude) : seulement 1 % des cadres ont déclaré que les managers devraient se donner la peine de montrer aux employés que leur travail fait la différence. En fait, beaucoup d'entreprises essaient plutôt de nous démontrer la valeur que notre travail aura dans notre propre vie, les avantages que nous en tirerons si nous atteignons un objectif, plutôt que les avantages que les autres en récolteront.

Mais n'oublions pas notre biologie : nous sommes plus inspirés et motivés lorsque nous savons que sur le plan biologique, nous aidons autrui. 

| Approuvé
Catégorie:
Psychologie sociale
1 minute de lecture

La présence ressentie est généralement le fait d'individus qui se sont isolés dans un environnement extrême ou inhabituel, souvent en ...

| Approuvé
Catégorie:
Psychologie sociale

Si l'on compare le comportement de l'oiseau en tête de liste, le despote, avec celui d'un autre tout en bas, le deuxième ou le troisième à partir du dernier, on trouve ce dernier beaucoup plus cruel envers les quelques autres sur lesquels il se prévaut que le premier dans son traitement de tous les membres. Dès que l'on retire du groupe tous les membres au-dessus de l'avant-dernier, son comportement devient plus doux et peut même devenir très amical... il n'est pas difficile de trouver des analogies à cela dans les sociétés humaines, et donc un côté de ce comportement doit être principalement les effets des groupements sociaux, et non des caractéristiques individuelles. 

| Approuvé
Catégorie:
Psychologie sociale

Personne ne se rend compte que certaines personnes dépensent beaucoup d'énergie simplement pour être normale.

| Approuvé
Catégories:
Psychologie sociale
La socialisation est la malédiction de la race humaine La socialisation est la malédiction de la race humaine
Guillem H. Pongiluppi via Artstation

C'est la malédiction de la race humaine. La sociabilité.

Ce que le Christ aurait dû dire, c'est : « Oui, en vérité, chaque fois que deux ou trois d'entre vous sont réunis, un autre gars va se faire défoncer la gueule. » Dois-je vous dire ce que la sociologie nous apprend sur la race humaine ? Je vais vous le dire en quelques mots.

Montrez-moi un homme ou une femme seul(e) et je vous montrerai un saint. Donnez-m'en deux et ils tomberont amoureux. Donnez-m'en trois et ils inventeront la charmante chose que nous appelons « société ». Donne-m'en quatre et ils construiront une pyramide. Donne-m'en cinq et ils en feront un paria. Donne-m'en six et ils réinventeront les préjugés. Donnez-moi sept et en sept ans, ils réinventeront la guerre. L'homme a peut-être été fait à l'image de Dieu, mais la société humaine a été faite à l'image de son contraire, et elle essaie toujours de rentrer chez elle.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×