|
1 minute de lecture

Sans la gravité de la terre, nous dériverions à jamais dans l'espace

Sans la gravité de la terre, nous dériverions à jamais dans l'espace Sans la gravité de la terre, nous dériverions à jamais dans l'espace
Source: mizar113 via Tumblr
Taille de la police
A
12 24 17
A

Lorsque vous vous allongez dehors, en regardant le ciel, vous vous fixez en fait un abîme cosmique infini dont seule la gravité de la terre vous évite de dériver à jamais dans le néant.

------

Source :  dull_delinquent sur Reddit

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Animaux & nature
1 minute de lecture

Les gouvernements et les parlements doivent se rendre compte que l'astronomie est l'une des sciences qui coûtent le plus cher ...

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
2 minutes de lecture

Les marins avaient minutieusement cartographié les côtes des continents. Les géographes avaient traduit ces résultats en cartes et en globes ...

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
Un virus intelligent ne tue pas Un virus intelligent ne tue pas
R1DD1CK via zbrushcentral

Un virus inefficace tue son hôte. Un virus intelligent reste avec lui.

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
1 minute de lecture

Le psychologue pionnier William James a qualifié la religion de « sentiment d'être chez soi dans l'Univers ». Notre tendance a été ...

| Approuvé
Catégorie:
Animaux & nature
Un seul arbre dans une plaine se tient comme un grand homme Un seul arbre dans une plaine se tient comme un grand homme
Lorenzo Lanfranconi via Arstation

Je vénère [les arbres] quand ils vivent dans des tribus et des familles, dans des forêts et des bosquets. Et je les vénère encore plus quand ils sont seuls. Ils sont comme des personnes seules. Pas comme des ermites qui se sont dérobés par faiblesse, mais comme de grands hommes solitaires, comme Beethoven et Nietzsche. Dans leurs branches les plus hautes, le monde bruisse, leurs racines reposent dans l'infini ; mais ils ne s'y perdent pas, ils luttent avec toute la force de leur vie pour une seule chose : se réaliser selon leurs propres lois, construire leur propre forme, se représenter eux-mêmes. [...] Un arbre dit : La tentative et le risque que la mère éternelle a pris avec moi est unique, unique la forme et les veines de ma peau, unique le plus petit jeu de feuilles dans mes branches et la plus petite cicatrice sur mon écorce. J'ai été fait pour former et révéler l'éternel dans mon plus petit détail spécial.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×