|
2 minutes de lecture

Savoir ce que l'on veut, c'est le début de la sagesse et de la vieillesse.

Savoir ce que l'on veut, c'est le début de la sagesse et de la vieillesse. Savoir ce que l'on veut, c'est le début de la sagesse et de la vieillesse.
Source: perlouseries
L'ego est l'ennemi
Du livre
L'ego est l'ennemi
Taille de la police
A
12 24 17
A

À la fin de la guerre civile, Ulysse S. Grant et son ami William Tecumseh Sherman étaient deux des hommes parmi les plus respectés et importants en Amérique. Essentiellement le duo d'architectes ayant permis la victoire de l’Armée de l’Union (ndlr : Union Army en anglais, désigne l'Armée des États-Unis lors de la Guerre de Sécession), et le pays, reconnaissant, en un claquement de doigts, leur dit : Tout ce que vous voulez, aussi longtemps que vous vivez, est à vous.

Avec cette liberté, Sherman et Grant prirent des chemins différents. Sherman, (...), détestait la politique et refusa à maintes reprises de se présenter aux élections. « J'ai tout le grade dont j'ai besoin », leur dit-il. Ayant apparemment maîtrisé son ego, il se retira plus tard à New York Qty où il vivait dans ce qui était, selon toute apparence, le bonheur et la satisfaction.

Grant, qui n'avait presque jamais manifesté d'intérêt pour la politique et qui, en fait, avait réussi en tant que général précisément parce qu'il ne savait pas comment faire de la politique, choisi d'occuper le poste le plus élevé du pays : la présidence. Élu par un « glissement de terrain », il a ensuite présidé l'une des administrations les plus corrompues, les plus controversées et les moins efficaces de l'histoire américaine. Véritablement bon et loyal, il n'était pas fait pour le monde sale de Washington, et cela lui valut rapidement sa peau. Après deux mandats épuisants, il quitta son poste, presque surpris de voir à quel point la situation s'était détériorée.

Après la présidence, Grant investit presque chaque centime dont il disposait pour créer une maison de courtage financier avec un investisseur controversé nommé Ferdinand Ward. Ce dernier, un Bernie Madoff de son temps, en fit un plan Ponzi qui ruina publiquement Grant. Comme Sherman l'eut écrit avec sympathie et compréhension de son ami, Grant avait « visé à rivaliser avec les millionnaires, qui auraient tout donné pour avoir gagné n'importe laquelle de ses batailles ». Grant avait tant accompli, mais pour lui, ce n'était pas suffisant. Il n'arrivait pas à décider ce qui était important - ce qui comptait vraiment pour lui.

C'est comme ça que ça se passe : nous ne sommes jamais satisfaits de ce que nous avons, nous voulons ce que les autres ont aussi. Nous voulons en avoir plus que tout le monde. Nous commençons par savoir ce qui est important pour nous, mais une fois que nous l'avons atteint, nous perdons de vue nos priorités. L'ego nous balance et nous ruine.

Contraint par son sens de l'honneur de couvrir les dettes de l'entreprise, Grant contracta un prêt en utilisant ses précieux souvenirs de guerre comme garantie. Son esprit, son âme et son corps brisé, les dernières années de sa vie le trouvèrent souffrant d'un cancer de la gorge douloureux, et courant pour finir ses mémoires afin qu'il puisse laisser à sa famille quelque chose pour vivre. Il s'en est sorti, à peine.

On frémit à l'idée des forces vitales drainées de ce héros, mort à soixante-trois ans d'agonie et de défaite, cet homme franc et honnête qui ne pouvait pas s'en empêcher, qui n'arrivait pas à se concentrer et qui a fini loin des limites de son grand génie. Qu'aurait-il pu faire de ces années à la place ? De quoi aurait pu avoir l'air l'Amérique si les choses s’étaient passées différemment ? Qu'aurait-il pu faire et accomplir de plus ?

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Psychologie
1 minute de lecture

- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je ...

| Approuvé
Catégorie:
Vie

Le bonheur consiste en une répétition fréquente du plaisir.

| Approuvé
Catégorie:
Vie

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques uns.

Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.

Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

- 1968 -

| Approuvé
Catégorie:
Vie

Le voyage de mille kilomètres commence par un seul pas.

| Approuvé
Catégorie:
Vie

La monotonie fait s'effondrer le temps ; la nouveauté l'étend.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×