|
2 minutes de lecture

Un esprit juste ne se fixe pas en un seul endroit mais erre dans tout le corps et s'étend à tout le moi

Un esprit juste ne se fixe pas en un seul endroit mais erre dans tout le corps et s'étend à tout le moi Un esprit juste ne se fixe pas en un seul endroit mais erre dans tout le corps et s'étend à tout le moi
Source: zhiyu cao via Artstation
L'esprit indcomptable
Du livre
L'esprit indcomptable
Taille de la police
A
12 24 17
A

L'esprit existant est le même que l'esprit confus et se lit lit littéralement comme « l'esprit qui existe ». C'est l'esprit qui pense dans une direction, quel que soit le sujet. Lorsqu'il y a un objet de pensée dans l'esprit, une discrimination et des pensées surgissent. C'est pourquoi on l'appelle l'esprit existant.

Le Non-esprit est le même que l'Esprit juste. Il ne se fige pas et ne se fixe pas en un seul endroit. On l'appelle Non-esprit lorsque l'esprit n'a ni discrimination ni pensée, mais qu'il erre dans tout le corps et s'étend sur tout le moi. 

Le Non-esprit n'est placé nulle part. Pourtant, il n'est pas comme le bois ou la pierre. Là où il n'y a pas d'endroit où s'arrêter, on l'appelle Non-esprit. Lorsqu'il s'arrête, il y a quelque chose dans l'esprit. Lorsqu'il n'y a rien dans l'esprit, on l'appelle l'esprit du No-Mind. On l'appelle aussi le Non-esprit - Non-pensée.

Lorsque ce Non-esprit a été bien développé, l'esprit ne s'arrête pas à une seule chose et ne manque pas d'une seule chose. Il est comme l'eau qui déborde et existe en lui-même. Il apparaît de manière appropriée lorsqu'il est confronté à un moment de besoin. 

L'esprit qui se fixe et s'arrête à un endroit ne fonctionne pas librement. De même, les roues d'une charrette tournent parce qu'elles ne sont pas en place de façon rigide. Si elles étaient bien fixées, elles ne tourneraient pas. L'esprit est également quelque chose qui ne fonctionne pas s'il s'attache à une seule situation. 

S'il y a une pensée dans l'esprit, bien que vous écoutiez les mots prononcés par un autre, vous ne pourrez pas vraiment l'entendre. C'est parce que votre esprit s'est arrêté avec vos propres pensées.

Si votre esprit se penche dans la direction de ces pensées, bien que vous écoutiez, vous n'entendrez pas ; et bien que vous regardiez, vous ne verrez pas. C'est parce qu'il y a quelque chose dans votre esprit. Ce qu'il y a, c'est une pensée. Si vous êtes capable d'enlever cette chose qui est là, votre esprit deviendra Non-Esprit, il fonctionnera quand il le faudra, et il sera approprié à son utilisation.

L'esprit qui pense à retirer ce qui est en lui sera occupé par l'acte même. Si l'on n'y pense pas, l'esprit enlèvera ces pensées par lui-même et deviendra lui-même Non-esprit.

Si l'on approche toujours son esprit de cette manière, il en viendra soudainement à cette condition par lui-même. Si l'on essaie d'y parvenir soudainement, il n'y arrivera jamais.

Un vieux poème dit :

Penser, « Je ne penserai pas »
Cela aussi, c'est quelque chose que l'on pense.
Ne pensez tout simplement pas.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Sports & Arts Martiaux
La réalité peut être très différente du plan initial La réalité peut être très différente du plan initial
kse332 via DeviantArt

Tout le monde a un plan -  jusqu'à ce qu'il recoive une droite en plein visage.

| Approuvé
Catégorie:
Sports & Arts Martiaux
La course à pied est le premier art de l'humanité La course à pied est le premier art de l'humanité
via stevekuzma

C'était le véritable secret des Tarahumara (ndlr. groupe d'indigènes d'Amérique vivant dans l'État de Chihuahua au Mexique et réputés pour leur capacité à courir sur de longues distances) : ils n'avaient jamais oublié ce que l'on ressent quand on aime courir. Ils se sont souvenus que la course à pied était le premier art de l'humanité, notre premier acte de création inspirée. Bien avant de gratter des images dans des grottes ou de battre des rythmes sur des arbres creux, nous perfectionnions l'art de combiner notre souffle, notre esprit et nos muscles pour créer une autopropulsion fluide sur un terrain sauvage. Et quand nos ancêtres ont enfin réalisé leurs premières peintures rupestres, quels ont été les premiers dessins ? Une entaille vers le bas, des éclairs dans le fond et au milieu - le Running Man.

La course à pied était vénérée parce qu'elle était indispensable ; c'était la façon dont nous survivions et prospérions et dont nous nous répandions sur la planète. On courait pour manger et pour éviter d'être mangé ; on courait pour trouver une compagne et l'impressionner, et avec elle on s'enfuyait pour commencer une nouvelle vie ensemble. Il fallait aimer courir, sinon vous ne vivriez pas pour aimer autre chose. Et comme tout ce que nous aimons - tout ce que nous appelons sentimentalement nos « passions » et nos « désirs » - c'est en fait une nécessité ancestrale codée. Nous sommes nés pour courir ; nous sommes nés parce que nous courons. Nous sommes tous des gens qui courent, comme les Tarahumara l'ont toujours su.

| Approuvé
Catégorie:
Sports & Arts Martiaux
L’état de la fin redevient celui du début L’état de la fin redevient celui du début
mmafanmade via Tumblr

Comme [l'étudiant d'art martial] étudie diverses choses et apprend les diverses positions, la façon de saisir son épée et où placer son esprit, son esprit s'arrête à de nombreux endroits. Maintenant, s'il veut frapper un adversaire, il est terriblement mal à l'aise. Plus tard, à mesure que les jours passent et que le temps s'accumule, conformément à sa pratique, ni les postures de son corps ni les manières de saisir l'épée ne pèsent dans son esprit. Son esprit devient tout simplement comme au début, quand il ne savait rien et qu'on ne lui avait encore rien appris du tout. En cela, on voit que le commencement a le même contenu que la fin, comme lorsque l'on compte de un à dix, et que le premier et le dernier chiffre deviennent adjacents.

| Approuvé
Catégorie:
Sports & Arts Martiaux
[Mushin] Un guerrier doit toujours être préparé à la mort [Mushin] Un guerrier doit toujours être préparé à la mort
Artist unknown via usewallpaper

L'esprit devrait toujours être dans un état de fluidité, car lorsqu'il s'arrête sur quelque chose le flux est interrompu et c'est l'interruption qui est préjudiciable au bien-être de l'esprit. Dans le cas d'un sabreur, cela signifie la mort. Quand le sabreur se tient devant son adversaire, il ne pense pas à son ennemi, ni à lui-même, ni aux mouvements du sabre de son adversaire. Il se tient juste là avec son sabre, qui oubliant toute technique, est prêt à suivre uniquement ce que lui dicte le subconscient. L'homme s'est effacé en maniant le sabre. Quand il frappe, ce n'est pas l'homme mais le sabre dans les mains du subconscient de la personne, qui frappe.

| Approuvé
Catégories:
Culture

[...] la vraie connaissance [...] est expérientielle. Comment expliquer le goût du sucre ? Les descriptions verbales ne nous donnent pas la sensation. Pour connaître le goût, il faut l'expérimenter. La philosophie des arts n'est pas destinée à être méditée et intellectualisée, elle est destinée à être vécue. Ainsi, inévitablement, les mots ne transmettront qu'une partie du sens.

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×