|
2 minutes de lecture

Un leader peut pousser ses équipes au-delà de leurs propres limites afin qu'ils fassent des choses qu'ils n'auraient pas jugées eux-mêmes possibles

Un leader peut pousser ses équipes au-delà de leurs propres limites afin qu'ils fassent des choses qu'ils n'auraient pas jugées eux-mêmes possibles Un leader peut pousser ses équipes au-delà de leurs propres limites afin qu'ils fassent des choses qu'ils n'auraient pas jugées eux-mêmes possibles
Source: Benjamin Zeev Herzl portayed by Israeli artist Amit Shimoni via mentalfloss
Consider the Lobster: And Other Essays
Du livre
Consider the Lobster: And Other Essays
Taille de la police
A
12 24 17
A

Il est pratiquement impossible de parler des choses vraiment importantes en politique sans utiliser des termes qui sont devenus des clichés tellement horribles qu'ils vous font perdre la vue et sont même difficiles à entendre. L'un de ces termes est "leader", que tous les grands candidats utilisent tout le temps - comme par exemple « assurer un bon leadership », « un leader avéré », « un nouveau leader pour un nouveau siècle », etc. - et qu'ils ont réduit à une telle platitude qu'il est difficile d'essayer de réfléchir à ce que signifie réellement « leader » et de savoir si ce que veulent les Jeunes électeurs d'aujourd'hui est effectivement un leader. Ce qui est étrange, c'est que le mot "leader" est en soi un cliché et un ennui, mais lorsque vous rencontrez quelqu'un qui est en fait un vrai leader, cette personne n'est pas du tout un cliché ou un ennui ; en fait, il est en quelque sorte le contraire du cliché et de l'ennui.

Il est évident qu'un vrai leader n'est pas seulement quelqu'un qui a des idées avec lesquelles vous êtes d'accord, ni quelqu'un que vous croyez être un type bien. Pensez-y. Un vrai leader est quelqu'un qui, grâce à son pouvoir, son charisme et son exemple particuliers, est capable d'inspirer les gens, le mot "inspirer" étant utilisé ici de manière sérieuse et non cliché. Un vrai leader peut en quelque sorte nous amener à faire certaines choses que nous pensons être bonnes au fond de nous et que nous voulons être capables de faire, mais que nous ne pouvons généralement pas faire nous-mêmes. C'est une qualité mystérieuse, difficile à définir, mais nous la reconnaissons toujours quand nous la voyons, même quand nous sommes enfants. Vous vous souvenez probablement de l'avoir vue chez certains entraîneurs ou professeurs vraiment géniaux, ou chez un enfant plus âgé extrêmement cool que vous « admiriez » (expression intéressante) et que vous vouliez imiter. Certains d'entre nous se souviennent d'avoir vu cette qualité dans l'enfance chez un pasteur ou un rabbin, ou un chef scout, ou un parent, ou le parent d'un ami, ou un superviseur dans un emploi d'été. Et oui, ce sont tous des « figures d'autorité », mais il s'agit d'un type d'autorité particulier. Si vous avez déjà passé du temps dans l'armée, vous savez combien il est incroyablement facile de savoir quels sont vos supérieurs qui sont de vrais leaders et lesquels ne le sont pas, et combien le grade a peu à voir avec cela. La véritable « autorité » d'un chef est un pouvoir que vous lui donnez volontairement, et vous lui accordez cette autorité non pas avec ressentiment ou résignation mais avec joie ; cela semble juste. Au fond, vous aimez presque toujours ce qu'un vrai leader vous fait ressentir, la façon dont vous vous trouvez à travailler plus dur, à vous pousser et à penser d'une manière que vous ne pourriez jamais atteindre par vous-même.

En d'autres termes, un vrai leader est quelqu'un qui peut nous aider à surmonter les limites de notre propre paresse, égoïsme, faiblesse et peur et nous faire faire de meilleures choses que ce que nous pouvons faire par nous-mêmes.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Autres entrées pour « Consider the Lobster: And Other Essays »
Articles similaires
Catégories:
Business
Le dernier effort pour toute tâche est ce qui demande le plus de travail Le dernier effort pour toute tâche est ce qui demande le plus de travail
tomaszmro

Les derniers 10% représentent 90% du travail.

| Approuvé
Catégories:
Management & RH
Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés
Maya Angelou de Henry Lee Battle

[Oprah Winfrey disait dans l'une des interviews :]

« Il y a une merveilleuse phrase de Maya Angelou, tirée d'un poème qu'elle a écrit s’intitulant « À nos grands-mères », elle y dit :

« J’avance seule, mais me tiens devant vous comme dix mille. ».

Donc quand j’entre dans une pièce, et en particulier avant que je ne commence quelque chose de vraiment difficile, une situation où je sens que je vais être face à certaines difficultés ; je m'assoie et pense à la force des dix mille. »

| Approuvé
Catégorie:
Management & RH

C'est une erreur d'engager un grand nombre de personnes pour faire un travail compliqué. Le nombre ne compensera jamais le talent pour obtenir la bonne réponse (deux personnes qui ne savent pas quelque chose ne valent pas mieux qu'une), aura tendance à ralentir les progrès et rendra la tâche incroyablement coûteuse.

| Approuvé
Catégorie:
Management & RH
La loi de Brook nous enseigne que d'ajouter des ressources humaines à un projet de développement informatique en retard, ne le fait que le retarder plus encore La loi de Brook nous enseigne que d'ajouter des ressources humaines à un projet de développement informatique en retard, ne le fait que le retarder plus encore

La loi de Brook stipule que lorsqu'une personne est ajoutée à une équipe de développement et que le projet est déjà en retard, la durée du projet ne fera que ralentir, et non raccourcir. La loi de Brooks est reconnue applicable à tout projet complexe impliquant de nombreuses personnes qui interagissent ensemble, pas seulement pour le génie logiciel.

| Approuvé
Catégories:
Management & RH
Notre nature humaine nous dit d'aider les autres Notre nature humaine nous dit d'aider les autres
Viktor Miller-Gausa via Behance

Les résultats (ndlr. de l'étude) : seulement 1 % des cadres ont déclaré que les managers devraient se donner la peine de montrer aux employés que leur travail fait la différence. En fait, beaucoup d'entreprises essaient plutôt de nous démontrer la valeur que notre travail aura dans notre propre vie, les avantages que nous en tirerons si nous atteignons un objectif, plutôt que les avantages que les autres en récolteront.

Mais n'oublions pas notre biologie : nous sommes plus inspirés et motivés lorsque nous savons que sur le plan biologique, nous aidons autrui. 

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×