|
2 minutes de lecture

Un oui définitif, c'est quand vous obtenez 3 oui dans la conversation

Un oui définitif, c'est quand vous obtenez 3 oui dans la conversation Un oui définitif, c'est quand vous obtenez 3 oui dans la conversation
Source: William B. King "The Negotiation" (1915) via 1stdibs.com
Never Split the Difference
Du livre
Never Split the Difference
Taille de la police
A
12 24 17
A

Je suis sûr qu'au cours de votre vie, vous avez participé à une négociation où vous avez obtenu un « oui » qui s'est avéré être un « non » par la suite. Peut-être que l'autre partie vous a menti, ou qu'elle n'a fait que prendre ses désirs pour des réalités.

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas une expérience exceptionnelle. Cela se produit parce qu'il existe en fait trois types de « oui » : Engagement, confirmation et contrefaçon.

Tant de vendeurs insistants tentent de piéger leurs clients dans l'Engagement « Oui » que beaucoup de gens deviennent très bons à la Contrefaçon « Oui ».

Un outil essentiel pour éviter ce piège est la Règle de Trois.

La règle de trois consiste simplement à faire en sorte que l'autre personne soit d'accord sur la même chose trois fois dans la même conversation. C'est tripler la force de la dynamique dans laquelle vous essayez d'aller en ce moment. Ce faisant, il met en évidence les problèmes avant qu'ils ne surviennent. Il est vraiment difficile de mentir plusieurs fois d’affiler ou de simuler une conviction. Quand j’appris cette pratique pour la première fois, ma plus grande crainte était d'éviter de sonner comme un disque rayé ou d'avoir l'air vraiment insistant. Je compris que l’astuce, est de varier ses tactiques.

La première fois qu'ils s'entendent sur quelque chose ou qu'ils vous donnent un engagement, c'est la numéro 1. Pour le numéro 2, vous pouvez « étiqueter » ou résumer ce qui a été dit afin qu'ils répondent : « C'est exact. ». Et pour la question numéro 3, elle pourrait être une question de type « Comment » ou « Quoi » au sujet de la mise en œuvre, et qui demanderait d'expliquer ce qui constituera le succès, quelque chose comme « Que ferions-nous si nous nous éloignons du chemin initial ? ». Ou les trois questions peuvent être la même question formulée de trois façons différentes, comme « Quel est le plus grand défi auquel vous avez été confronté ? », puis « Qu'est-ce qu'on a à faire ici ? » et enfin « Qu'est-ce qui sera le plus difficile d’éviter ? ».

Quoi qu'il en soit, le fait d'aborder trois fois la même question révèle des hypocrisies ainsi que les incohérences entre les mots et le langage corporel (…). La prochaine fois que vous n'êtes pas sûr que votre homologue soit sincère et engagé, essayez la règle des trois oui.

Les commentaires sont de courts ajouts utilisés pour fournir une observation ou un retour. Ils sont intentionnellement limités en taille et en format.


Vous devez renseigner ce champ

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Relations humaines

Nous n'aimons pas tant les gens pour le bien qu'ils nous ont fait, que pour le bien que nous leur faisons.

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Aimer, ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction.

| Approuvé
Catégories:
Management & RH
Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés Seul devant une situation intimidante, tenez-vous comme si dix mille des vôtres étaient à vos côtés
Maya Angelou de Henry Lee Battle

[Oprah Winfrey disait dans l'une des interviews :]

« Il y a une merveilleuse phrase de Maya Angelou, tirée d'un poème qu'elle a écrit s’intitulant « À nos grands-mères », elle y dit :

« J’avance seule, mais me tiens devant vous comme dix mille. ».

Donc quand j’entre dans une pièce, et en particulier avant que je ne commence quelque chose de vraiment difficile, une situation où je sens que je vais être face à certaines difficultés ; je m'assoie et pense à la force des dix mille. »

| Approuvé
Catégorie:
Relations humaines

Selon les chercheurs de l'Université de Duke, nous ne sommes pas seulement attirés par les gens qui sourient, mais nous avons aussi tendance à nous souvenir de leur nom. Dans une étude IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle) de 2008, les professeurs Takashi Tsuldura et Roberto Cabeza ont montré à leurs sujets des photos de personnes souriantes et non souriantes, suivies de leur nom, par exemple « Julia », « Mélanie », « Laura », etc. Les résultats ont montré que les cortex orbitofrontaux des sujets - la région du cerveau associée au traitement des récompenses - étaient plus actifs lorsque les sujets apprenaient et se rappelaient les noms des personnes souriantes. « Nous sommes sensibles aux signaux sociaux positifs », explique M. Cabeza. « Nous voulons nous souvenir des personnes qui ont été gentilles avec nous, au cas où nous interagirions avec elles à l'avenir ».

| Approuvé
Catégories:
L'individu
2 minutes de lecture

J'OBSERVE avec plaisir et approuve la façon dont vous poursuivez vos études et sacrifiez tout à vos efforts pour devenir ...

| Approuvé
Row:Column:
×
Row:Column:
×