|
Précédent Suivant
1 minute de lecture

Vaincre quelqu’un, c’est se dire « je suis meilleur » que je ne l’étais hier

Vaincre quelqu’un, c’est se dire « je suis meilleur » que je ne l’étais hier Vaincre quelqu’un, c’est se dire « je suis meilleur » que je ne l’étais hier
Source: artbygartista via Instagram
Taille de la police
A
12 24 17
A

Obtenir la victoire sur un autre homme, le vaincre, le contraindre à se soumettre, il ne s’agit pas de pouvoir dire : « Je suis meilleur que toi. » C'est dire : « Je suis meilleur que je ne l’étais hier. » C’est pourquoi presque toutes les compétitions se terminent par un franche embrassade fraternelle, un merci. Parce que chacun a donné à l'autre quelque chose, l'opportunité d'apprendre, de progresser et de devenir meilleur.

_____

Source : The Last Place Men Can Settle Things Like Men


Vous devez renseigner ce champ
Choisissez la langue de l’article que vous souhaitez éditer: ENFR

Please not comments are subject to moderators approval

0 exemple

Chargement

Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégories:
Arts Martiaux
Sois comme l'eau
Sois comme l'eau
GIF
justdrethings via Tumblr

Soyez comme l'eau qui traverse les fissures. Ne soyez pas assertif, mais ajustez-vous à l'objet, et vous trouverez un moyen de le contourner ou de le traverser. Si rien en vous ne reste rigide, les choses extérieures se dévoileront. Videz votre esprit, soyez sans forme. Sans forme, comme l'eau. Si vous mettez de l'eau dans une tasse, elle devient la tasse. Vous mettez de l'eau dans une bouteille qui devient la bouteille. Vous le mettez dans une théière, il devient la théière. Maintenant, l'eau peut s’écouler ou dévaster. Sois comme l'eau, mon ami.

Catégorie:
Arts Martiaux
[Mushin, の 心, ou l'esprit sans l'esprit] - dans les arts martiaux ou les sports de combat, vous ne devriez pas penser [Mushin, の 心, ou l'esprit sans l'esprit] - dans les arts martiaux ou les sports de combat, vous ne devriez pas penser
Artiste inconnu via Tumblr

Lorsque l’épéiste se tient contre son adversaire, il ne doit pas penser à l’adversaire, ni à lui-même, ni aux mouvements d’épée de son ennemi. Il se tient juste là avec son épée qui, oubliant toute technique, n'est prête à suivre que les préceptes du subconscient. L'homme s'est effacé en tant que porteur de l'épée. Quand il frappe, ce n'est pas l'homme, mais l'épée dans la main du subconscient de l'homme qui frappe.

Row:Column:
×
Row:Column:
×