|
Précédent Suivant
1 minute

Vous pouvez travailler sur votre influence social

Vous pouvez travailler sur votre influence social Vous pouvez travailler sur votre influence social
Source: Mike Voropaev via Behance
Contagious
Du livre
Contagious
Taille de la police
A
12 24 17
A

Suivez ces six points qui forment l’acronyme anglais STEPPS, ou ne serait-ce que quelques-uns, et vous pourrez favoriser l’influence sociale que porte en elle votre produit ou idée

(Social Currency) Devise sociale : Parler de votre produit ou de votre idée donne-t-il une apparence favorable aux gens qui l’évoquent ? Votre produit ou idée content-il ou elle des points particulièrement remarquables ? Tirez-vous parti des mécanismes de gamification ? Faîtes-vous en sorte que les gens qui l’utilisent ont la sensation d’être initiés ?

(Triggers) Déclencheurs : Pensez au contexte. Quels indices incitent les gens à penser à votre produit ou à votre idée ? Comment pouvez-vous vous ancrer dans leur tête, et œuvrer pour qu’ils y pensent plus souvent ?

Emotion : concentrez-vous sur les sentiments. Parler de votre produit ou de votre idée génère-t-il des émotions ? Comment pouvez-vous allumer le feu dormant dans votre public ?

Public : Votre produit se suffit-il à lui-même pour se vendre ? Les gens peuvent-ils voir quand d'autres l'utilisent ? Sinon, comment pouvez-vous rendre ce qui est privé, public ? Pouvez-vous créer un résidu de comportement qui persiste dans le temps même après que les gens l’aient utilisé ?

(Practical value) Valeur pratique : le fait de parler de votre produit ou de votre idée permet-il ou elle aux gens d’aider les autres ? Comment pouvez-vous mettre en avant le bénéfice incroyable qu’il ou elle rapporte, en rassemblant vos connaissances et votre expertise dans une informations utile que d'autres voudront diffuser ?

(Stories) Histoires : Quel est votre cheval de Troie ? Votre produit ou votre idée est-elle intégrée à un récit plus large que les gens veulent partager ? L'histoire est-elle non seulement virale, mais également précieuse ?

Chargement
Votre exemple


Vous devez renseigner ce champ
Articles similaires
Catégorie:
Marketing
Peu importe ce que votre produit est, vous êtes au final dans le business de l’éducation
Peu importe ce que votre produit est, vous êtes au final dans le business de l’éducation
GIF
tripcontrol via tumblr

Peu importe ce que votre produit est, vous êtes au final dans le business de l’éducation. Vos clients doivent être constamment informés des nombreux avantages qu’il y a à faire affaire avec vous, être formés pour utiliser vos produits de manière plus efficace, et montrés comment ils peuvent constamment améliorer leur vie grâce à vous.

Catégorie:
Marketing
Les clients veulent des produits qui les concernent et rendent leur vie meilleure Les clients veulent des produits qui les concernent et rendent leur vie meilleure
wizmood on Ello

En tant que clients, ce que nous recherchons plus qu’une marchandise, c’est être compris.

Nous ne recherchons pas seulement un véhicule pour nous transporter d’un point A à un point B, un lit confortable pour dormir, ou un livre qui nous accroche.

Ce que nous voulons, c’est être vus.

« Plus qu’une marque réactive, je veux une marque qui me soit pertinente. »

La valeur pour les entreprises, la valeur n’est pas dans les données qu’elle collecte, mais dans comment elle les utilise pour rendre nos vies meilleures.

Catégorie:
Marketing
1 minute

Lee déchira cinq feuilles de papier de son bloc-notes et en fit cinq boulettes. Quand il eut terminé, le manège ...

Catégorie:
Marketing

J'ai beaucoup de respect pour quiconque peut inventer un nom intelligent qui suggère quelque chose sur la marque. Certains de mes noms inventés préférés sont Dreamery, Groupon, Pictionary, Cinnabon, Chillow, Pinterest, Chuggemaut et San Franpsycho. (...) Il est important de s'assurer que votre nom ait un sens pour les clients potentiels, pas seulement pour vous.

Catégorie:
Marketing
[Loi dite du « Double Jeopardy »] Les marques ayant une faible part de marché souffrent à la fois de faibles achats et d'un faible taux de fidélisation.
[Loi dite du « Double Jeopardy »] Les marques ayant une faible part de marché souffrent à la fois de faibles achats et d'un faible taux de fidélisation.
GIF
giphy

Dans les années 1960, le sociologue William McPhee a inventé la notion de « double jeopardy », ou « double danger » en français, pour décrire la sympathie et les tendances des gens envers certains comportements.

Nous valons son application au marketing au statisticien Andrew Ehrenberg qui fait du « double jeopardy » une loi empirique selon laquelle les marques ayant des parts de marché plus faibles souffrent à la fois de faibles achats et d'une faible fidélité à leur marque.

Autrement dit, les marques moins populaires ont non seulement moins d'acheteurs, mais ont également moins de clients fidèles par rapport aux marques populaires dominantes sur le marché. Selon le concept du « double péril », une marque dominante possède donc le pourcentage d’achat le plus élevé ainsi qu’une plus grande fidélité des consommateurs à sa marque. Ce qui est pour elle un double avantage a une conséquence négative pour les marques moins populaires : il devient difficile pour elles de fidéliser leur clientèle et d’augmenter leurs ventes car il n’est pas aisé de convaincre les acheteurs que la qualité d’un produit moins vendu, est de meilleure qualité qu’une marque reconnue de tous. 

Row:Column:
×